Accueil Culture Musiques

Opéra royal de Wallonie: quelle organisation pour les prochains mois?

Le décès de Stefano Mazzonis laisse un grand vide à l’Opéra royal de Wallonie. En attendant son successeur, il va falloir faire vivre la maison.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le décès de Stefano Mazzonis laisse un vide considérable dans l’organisation de l’Opéra royal de Wallonie-Liège. La tâche du conseil d’administration est aussi colossale qu’urgente. Elle comporte deux volets : la désignation d’un nouveau directeur général à partir de la saison 2022/23 et l’intérim à la direction de la maison jusqu’en septembre 2022.

Les deux processus, s’ils doivent se dérouler en même temps, relèvent de stratégies différentes et appellent des personnalités différentes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Roland Douhard, lundi 8 février 2021, 18:05

    Le profil que vous décrivez pour une transition d'un an et demi à l'ORW me semble évident: si la mission l'intéresse, ce qui est indispensable dans son cas, et si il peut dégager du temps, selon des modalités à définir, ce qui ne serait pas simple probablement, pour assurer efficacement et de manière fluide ce job de "facilitateur", alors, oui, vraiment, Bernard Foccroule est l'homme de la situation. Liégeois de souche et de coeur, il a fait ses classes au conservatoire de la Cité ardente, doté d'une expérience exceptionnelle dans le domaine de la gestion de grandes maisons d'opéra (La Monnaie, le Festival d'Aix-en-Provence notamment), musicien organiste de renommée mondiale, il est aussi un humaniste engagé - toute sa vie se résume en cette quête - lui dont les valeurs appartiennent autant aux registres du concept que de la pratique. Ses choix éthiques, esthétiques et philosophiques sont une seule et même chose. Il n'a donc plus rien à prouver et n'est plus depuis longtemps - l'a-t-il jamais été ? - dans l'attente de gratifications professionnelles ou honorifiques. Je serais au CA de l'ORW, je n'hésiterais pas une seconde à le sonder.

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs