Vague de froid en Belgique: «Ce sont des jours propices pour le coronavirus», selon Steven Van Gucht

Vague de froid en Belgique: «Ce sont des jours propices pour le coronavirus», selon Steven Van Gucht
Photo News

Les nouvelles contaminations restent stables en Belgique depuis plusieurs semaines. Mais l’arrivée de la vague de froid pourrait compliquer les choses, explique l’épidémiologiste Steven Van Gucht à nos confrères de Het Nieuwsblad.

Il explique que l’air sec et froid favorise la transmission du virus : «<UN>Ce sont des jours propices pour le coronavirus. Les grosses gouttelettes deviennent plus petites, s’attardent plus longtemps et peuvent se répandre facilement et rapidement dans une pièce. Les risques de production d’aérosols sont donc plus élevés ».

Par ces températures, nos voies respiratoires sont affaiblies, ce qui favoriserait également les contaminations, même si peu de preuves scientifiques peuvent le confirmer pour le moment : « Notre résistance peut être plus faible dans les voies aériennes supérieures, par exemple dans le nez. Le froid provoque une constriction des vaisseaux sanguins et une diminution de la circulation sanguine dans les muqueuses. Le mucus devient plus dur, ce qui affecte notre système immunitaire », explique le porte-parole interfédéral flamand.

Steven Van Gucht rappelle à quel point la ventilation reste importante, les espaces mal ventilés étant « particulièrement favorables à la propagation du virus ». « C’est pour cela que nous avons renforcé les recommandations sur les masques buccaux dans les entreprises par exemple. Si la ventilation est moins efficace, un masque buccal peut offrir une protection supplémentaire », détaille l’expert.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous