Les syndicats ferroviaires se mobilisent face à la réforme des guichets

Afin d'appuyer cette mobilisation, le syndicat a publié une vidéo montrant des bureaux totalement désertés, lundi. "Le Covid-19 a vidé des bureaux temporairement. D'autres veulent vider des gares pour toujours. Aux membres du conseil d'administration de la SNCB et ministre de la Mobilité: maintenez du personnel dans les gares !", peut-on y lire.

La SNCB a annoncé vouloir progressivement fermer 44 guichets sur 135 - qui, selon elle, représentaient moins de 6% des transactions en 2019 - d'ici la fin de l'année dans ses gares. Pour 37 autres, les horaires d'ouverture seront alignés sur les moments les plus denses de la journée à partir du 1er mars.

Syndicats et association de navetteurs désapprouvent cette opération, qui entraînera selon eux la suppression de 77 équivalents temps plein (ETP).

"Ce qu'on attend du conseil d'administration, c'est qu'il revienne et reconsidère sa position" par rapport à cette fermeture "pour les 77 ETP directement concernés par la mesure, mais également pour l'ensemble des voyageurs qui utilisent les guichets SNCB. Je pense que c'était une très mauvaise décision pour la qualité du service public qui leur est offert", a déclaré le président de la CGSP Cheminots, Pierre Lejeune.

"C'est aussi au pouvoir politique de prendre ses responsabilités", a pour sa part souligné le porte-parole de Navetteurs.be. "On a constaté une levée de boucliers la semaine dernière à la Chambre, de manière assez unanime au niveau des partis francophones. On espère que les représentants politiques de ces mêmes partis au conseil d'entreprise ou d'administration pourront également voter contre la proposition qui est actuellement sur la table."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous