Accueil Économie Entreprises

Frais injustifiés, non-respect des procédures, incohérences...: ce qui a mené au départ du CEO de Liège Airport

Les administrateurs de l’aéroport liégeois se sont réunis ce mardi soir dans l’urgence et la discrétion. A l’issue de ce conseil, ils ont décidé de se séparer de Luc Partoune, CEO de l’aéroport depuis 1994. En cause, les conclusions de l’audit mené par le bureau de Deloitte à la demande de Nethys.

Temps de lecture: 4 min

Mis en cause par l’audit qu’a fait mener le groupe liégeois Nethys dans la plupart de ses filiales, dont l’aéroport de Liège, le directeur de ce dernier, Luc Partoune, a été informé par le conseil d’administration -auquel il n’avait pas été convié- de son licenciement pour faute grave, ce mardi soir.

L’audit mené par le bureau Deloitte épingle plusieurs manquements potentiels dans la gestion de M. Partoune, notamment l’embauche en janvier 2019 d’un consultant, ex-mandataire socialiste et ancien patron de TEC, Jean-Claude Phlypo. Selon la convention qu’il avait nouée avec l’aéroport, M. Phylo était autorisé à facturer chaque mois cinq journées de travail à 1.000 euros, soit un total de 60.000 euros par an. Selon des sources concordantes, ce consultant n’a justifié de réelles prestations qu’à une ou deux reprises au cours des 24 derniers mois, alors que sa convention, dont Le Soir a pu prendre connaissance, précise explicitement que les factures non accompagnées de fiches de prestations ne peuvent être ni contresignées par la direction, ni honorées. De plus, son recrutement il y a un peu plus de deux ans n’aurait été précédé d’aucun appel d’offres. Contactés par Le Soir, tant Jean-Claude Phlypo que Luc Partoune ont affirmé n’avoir rien à se reprocher.

Le 1er février dernier, Luc Partoune a été entendu, en présence de son avocat, par les auditeurs de Deloitte sur une série de constats effectués dans les documents qu’ils ont analysés. Outre la convention de Jean-Claude Phlypo, on parle ici de notes de frais insuffisamment justifiées, de non-respect des procédures d’appels d’offres et de marchés publics, ainsi que d’autres incohérences et possibles fautes de gestion. Les réponses de Luc Partoune lors de sa rencontre avec Deloitte ont provoqué, dans la foulée, d’autres auditions. Lors de l’une au moins de ces auditions, des documents contredisant les explications du CEO ont été transmis au bureau Deloitte et aux avocats qui l’accompagnaient. Un e-mail détaille notamment des échanges lors desquels Luc Partoune donne instruction à un ancien directeur de l’aéroport de payer à Jean-Claude Phlypo plusieurs factures qu’il avait bloquées parce qu’elles n’étaient accompagnées d’aucun justificatif.

L’ensemble des constats de Deloitte sur le premier volet de l’audit ont été présentés lundi au comité d’audit de l’aéroport, et approuvés, au point d’envisager un licenciement pour faute grave. Mais pareil cas de figure doit non seulement être notifié – pour des raisons juridiques – à M. Partoune dans les trois jours mais également être validé par l’ensemble du conseil d’administration. Pas question donc d’attendre la réunion du CA qui avait été initialement fixée au vendredi 12 février pour réagir. Confrontés à l’urgence, les administrateurs se sont réunis ce mardi vers 18h30 et ont voté à l’unanimité en faveur de l’éviction du CEO. C’est Frédéric Jacquet, actuel directeur-général adjoint, qui assurera la direction ad interim.

Transaction pénale

En octobre 2019 déjà, soupçonné dans un autre dossier de faux en écriture, détournements et abus de biens sociaux – il était suspecté d’avoir fait endosser par son employeur des dépenses en réalité effectuées à titre privé –, Luc Partoune avait conclu une transaction pénale avec le ministère public et évité ainsi des explications devant le tribunal correctionnel.

En 2018, refusant que son salaire de 430.000 euros soit raboté par le décret gouvernance, Luc Partoune avait cité son employeur au tribunal du travail de Liège, lui réclamant des arriérés de rémunération ainsi que des dommages et intérêts. Les magistrats l’avaient débouté, relevant dans leur jugement du 28 février 2020 que M. Partoune n’a subi aucun dommage et qu’il tentait « seulement à tout prix de retrouver la situation financière qui était la sienne avant l’adoption du décret. »

À lire aussi Liège Airport licencie son CEO Luc Partoune pour faute grave

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 11 février 2021, 15:10

    @Poels Celine , Ne soyons pas naïfs, personne ne peut accéder à un poste de cadre dans une société publique ou à composante mixte sans bénéficier de gros appuis politiques , davantage venant du PS (majoritaire en Wallonie) mais aussi du Cdh et du Mr..., étant donné les salaires plantureux qu'ils reçoivent comparativement aux postes similaires dans la fonction publique mais aussi dans de nombreux secteurs du privé.

  • Posté par Poels Celine , mercredi 10 février 2021, 17:24

    Frédéric Jacquet (MR), le directeur adjoint de l'aéroport MAIS qui fut aussi chef de cabinet de Jean-Luc Crucke (MR) reçoit l'intérim CEO pour remplacer Luc Partoune (PS..) qui est congédié par Crucke (MR) ! ....... Tiens, tiens!

  • Posté par Dupont Stéphane, jeudi 11 février 2021, 10:10

    Vous avez l'air dubitatif de lire que tant de dirigeants P$ soient impliqués dans les magouilles ?

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 10 février 2021, 16:04

    Encore un "Liégeois"!

  • Posté par Casimir Marianne, mercredi 10 février 2021, 12:11

    Transaction pénale ? A ce jour, il n'en est même pas question.... il a juste été licencié !

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs