Accueil Société

Coronavirus: la pression continue de baisser sur le réseau hospitalier

Le ratio de lits de soins intensifs occupés par des patients Covid-19 est de 15 % à l’échelle du pays.

Temps de lecture: 3 min

Entre le 3 et le 9 février, en moyenne 124,4 personnes contaminées par le Sars-Cov-2 ont été admises chaque jour à l’hôpital en Belgique, ce qui représente une progression de 6 % par rapport à la période de sept jours précédente mais qui reste relativement stable depuis plusieurs semaines, selon les derniers chiffres publiés par l’Institut de santé publique Sciensano mercredi. Mardi, 1.674 personnes étaient encore hospitalisées pour cause de Covid-19 (-7 % sur une semaine), dont 308 aux soins intensifs, soit 254 patients de moins qu’il y a un mois, dont 74 de moins en soins intensifs.

Le ratio de lits de soins intensifs occupés par des patients Covid-19 est de 15 % à l’échelle du pays (19 % il y a un mois), et varie de 9 % en Brabant wallon, Brabant flamand et en province de Luxembourg à 19 % en Flandre occidentale (41 patients).

Le nombre moyen d’infections par le coronavirus s’est élevé à 2.203,7 par jour entre le 31 janvier et le 6 février, en baisse de 7 % par rapport à la semaine précédente. Le pays totalise à présent 728.334 contaminations confirmées depuis la mi-mars.

Cette baisse du nombre de contaminations n’est pas liée à une baisse du nombre de tests, puisque celui-ci est resté stable sur la période, à environ 50.000 par jour. Le taux de positivité, qui rapporte le nombre de contaminations au nombre de tests (et non de personnes testées) est en baisse, à 5,2 %.

Pour le huitième jour d’affilée, le nombre de décès dus au Covid-19 était aussi en recul de 4,3 % par rapport à la semaine précédente. La moyenne était de 41,6 morts par jour sur la période comprise entre le 31 janvier et le 6 février. Sur ces sept jours, 291 décès liés au virus ont été rapportés, dont 185 en Flandre, 80 en Wallonie et 26 à Bruxelles.

Près de la moitié des personnes décédées (142) étaient des résidents de MR/MRS. Plus de trois quarts des décès rapportés concernaient des personnes de plus de 75 ans. Depuis le début de la pandémie, 21.472 décès ont été liés au virus, dont environ 3.000 pour lesquels la présence du virus n’a pas été confirmée par un test de laboratoire lors de la première vague.

Le taux de reproduction du virus, calculé sur la base des nouvelles contaminations, est de 0,944. Ce ratio indique que l’épidémie tend à diminuer puisqu’il est inférieur à 1 (elle tend à se poursuivre lorsque ce chiffre est supérieur à 1). Il est légèrement supérieur à 1 à Namur, en Flandre orientale et à Bruxelles.

Quant à l’incidence, à savoir le nombre de cas sur 100.000 habitants en 14 jours, elle s’établit actuellement à 278 pour le pays. Les taux les plus élevés sont rapportés dans le Brabant wallon (348, en baisse de 9 %), en Flandre occidentale (332, -11 %), en province de Luxembourg (309, -20 %) et dans le Limbourg (305, -28 %).

Selon les derniers chiffres disponibles, 336.331 personnes en Belgique ont reçu une première dose du vaccin, soit 2,9 % de la population totale, mais 6,8 % de la population âgée de 65 ans et plus.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bruneau Christiane, mercredi 10 février 2021, 16:12

    J'appréhende ces chiffres très différemment: les décès soi-disant dus au COVID représentent 0.18 % de la population (sans exclure du nombre de morts les +/- 5000 personnes qui sont soi-disant mortes du COVID en début d'épidémie) (la mortalité moyenne toutes causes représente +/- 0.9%). Et pour cela on impose des mesures contraignantes sur 11.7 million de personnes. Alors Messieurs les politiques soyez honnêtes : ce n'est pas pour sauver la population, c'est pour protéger les institutions hospitalières qui ont été volontairement réduites par vos partis. Et vous les médias, si vous avez les chiffres donnez-nous plutôt le nombre de morts et d'hospitalisés par rapport au personnes détectées positives depuis le début de la pandémie au lieu de ces statistiques qui ne riment à rien?

  • Posté par massacry olivier, mercredi 10 février 2021, 19:24

    Houla "ceci n'est pas un complot" donne des ailes à certain-es. Reprenons : non nous ne sommes pas dans une fin du monde à la "Walking dead", les personnes vivantes sont toujours très nombreuse, ouf. Pour être exacte la mortalité toute cause confondue en 2020 est d'environ 1,10 %, et non 0,9, le nombre de personnes décédées du covid représente 2.95 % des contaminés, et ceux hospitalisés 7,27 %., le calcul n'est pas difficile, mais pour vous évidement ces pourcentages sont ridicules, votre échelle de comparaison doivent être les soldes....Et bien sur dans votre logique insurrectionnelle vous , comme B Crutzen, ne tenez pas compte du nombre de malades totales, de son impacte économique et encore moins des séquelles à long termes,...Concernant la situation hospitalières, vous auriez voulu quoi? Sans les mesures quel aurait été pour vous la capacité hospitalières nécessaire? Cette capacité correspond-elle à la réduction commanditée par nos politiques? Faut essayer de faire ces calculs, aussi non vos propos ne sont que des calomnies .Et aussi ce demander si cette réduction des lits d'hopitaux n'est que budgétaire ou si elle correspond à une réalité de terrain des soins prodigué aujourd'hui, car il me semble que l'on a fait beaucoup de progrès, que les opérations one day se multiplient, ect . Mais évidemment ils ne faut surtout pas se poser ces questions, cela ferait preuve d'un excès d'objectivité.

  • Posté par Lemaire Laurent, mercredi 10 février 2021, 14:55

    les tenants du verre à moitié plein / vide appréhenderont différemment cet état de fait. Ceci dit, les nouvelles admissions ne devraient plus concerner les résidents des MRS puisqu'on arrive à J+10 après la seconde dose (encore 100 hospitalisations sur les 800 des 7 derniers jours proviennent des MRS). D'où gros soulagement pour les services hospitaliers. et plus encore si affinités après la vaccination des plus de 65 ans par décroissance de 5 ans)

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko