Accueil Médias

Protection des données: l’APD, le chien de garde qui ne mord pas

L’Autorité de protection des données doit sanctionner l’Etat en cas d’infraction au RGPD (comme c’est le cas). Et pourtant, elle montre à peine les crocs. Son indépendance est solidement mise en cause.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 8 min

Les libertés, c’est comme du dentifrice, une fois que ça sort du tube, ça n’y rentre plus jamais. » Elise Degrave, professeur de droit à l’UNamur, a le sens de l’image qui claque. En termes juridiques, « l’effet cliquet des droits fondamentaux » parle sans doute moins au citoyen lambda. Pour en mesurer la portée, il suffit d’imaginer que les mesures mises en place depuis mars dernier pour lutter contre le coronavirus (recueil massif de données via le traçage manuel, de données de vaccination…) risquent bel et bien de nous coller longtemps aux semelles. Avec des finalités d’usage floues pour une part de plus en grande de la population, mal à l’aise avec ces dispositions. Vais-je encore pouvoir prendre le train sans certificat de vaccination ? Contracter une assurance si l’on découvre mes « facteurs de comorbidité » désormais logés dans une banque de données Sciensano ? Aurai-je encore le droit à la vie privée, comme le prévoit l’article 22 de notre Constitution ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 12 février 2021, 11:07

    Un moyen de se révolter contre ce système est de donner des informations incorrectes. Vous croyez qu'ils font comment ceux qui remplissent le plf?

  • Posté par Demonte JPCG, jeudi 11 février 2021, 20:10

    Selon cumuléo, Frank Robben arrive à plus de 350.000 EUR de revenu avec ses deux fonctions. A comparer aux 250.000 EUR de la région wallonne. Certaines indignations sont très sélectives.   

  • Posté par Wijnants Christian, jeudi 11 février 2021, 17:59

    Inquiétude légitime. Mais quand je vois comment ma vie privée a été "balancée" par une employée communale, et une autre fois par un policier d'une zone locale... La première fois, l'Échevine responsable s'est excusée... mais le mal était fait. Heureusement sans conséquence. Alors, ce débat sur la "protection des données".... il y a bien longtemps qu'elle est bafouée. D'ailleurs, à propos, comment se fait-il que des comptes-rendus d'auditions dans un commissariat se retrouve dans les journaux avant même que le Procureur du roi n'en ait connaissance. Ce n'est qu'une question.

  • Posté par D. Frederic, jeudi 11 février 2021, 16:11

    C'est juste une boite pour caser les copains et les copines. Je serai crevé avant qu'existe au Royaume bananier de Belgique UNE institution indépendante. Juste ça: indépendante. Pour le reste, ce sera dans 145 ans. Et encore, le début d'un hypothétique projet de quelque chose. Heureux les simplets qui croient encore à l'état de droit...

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs