Accueil Planète

L’exploitation minière des fonds marins, une «catastrophe environnementale évitable», selon WWF

L’organisation appelle à un moratoire mondial sur l’exploitation minière des fonds marins tant que les risques écologiques, sociaux et économiques ne sont pas pleinement compris.

Temps de lecture: 3 min

L’industrie fait croire que l’exploitation minière des grands fonds marins est nécessaire pour répondre à la demande de métaux qui composent les batteries des véhicules électriques et les gadgets électroniques que nous avons dans les poches. Mais ce n’est pas le cas », déclare Jessica Battle, responsable de l’initiative du WWF « Non à l’exploitation minière des fonds marins ». L’organisation publie mercredi un rapport sur le sujet intitulé « In Too Deep : What We Know, And Don’t Know, About Deep Seabed Mining ».

Les plans de l’industrie visant à exploiter les fonds marins pour y extraire des métaux et des minerais tels que le cobalt, le lithium, le manganèse et le nickel ont un impact destructeur sur les écosystèmes et la biodiversité, s’y alarme le WWF.

« Nous n’avons pas besoin de nuire à la santé de l’océan pour construire une société faible en carbone », poursuit Jessica Battle. « Nous devons plutôt nous concentrer sur l’économie circulaire, l’innovation et la recherche de produits et de procédés qui exigent moins de ressources ».

Le rapport souligne les principaux risques environnementaux et sociaux de l’exploitation minière des fonds marins. Il balaye aussi les affirmations de l’industrie selon lesquelles ces dégâts peuvent être atténués. Étant donné la croissance lente des organismes des fonds marins, il est peu probable que les habitats détruits se rétablissent à l’échelle d’une vie humaine, expose le WWF.

Les écosystèmes marins sont interconnectés, poursuit le rapport. Par conséquent, l’exploitation minière des fonds marins ne peut jamais se faire de façon isolée et les perturbations peuvent facilement traverser les frontières territoriales. Les effets négatifs sur la pêche mondiale menaceraient la principale source de protéines d’environ un milliard d’être humains et les moyens de subsistance d’environ 200 millions de personnes.

Le WWF soutient qu’il y a encore trop d’inconnues et que de nombreuses recherches sont nécessaires dans le domaine de l’océanographie, de la politique et des innovations industrielles avant que les activités minières ne puissent être autorisées dans les fonds marins. L’organisation appelle donc à un moratoire mondial sur l’exploitation minière des fonds marins tant que les risques écologiques, sociaux et économiques ne sont pas pleinement compris.

Dans une résolution du 28 janvier dernier sur l’exploitation minière des fonds marins, le Parlement fédéral belge n’a pas appelé à soutenir un tel moratoire international. Pour le WWF, c’est une occasion manquée, « une résolution décevante qui montre que notre pays se préoccupe davantage des intérêts privés que de l’océan et de toute la vie qui en dépend ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Planète

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs