Coronavirus: la justice a tranché, les agents immobiliers peuvent reprendre leurs visites

d-20170926-3H2H98 2021-02-10 16_25_48

L’interdiction des visites de biens par des agents immobiliers a été jugée infondée et discriminatoire par le président du tribunal de première instance de Liège, s’est réjouie mercredi Federia, la Fédération des agents immobiliers francophones de Belgique. Federia et plusieurs acteurs du secteur immobilier avaient introduit un recours pour contester cette interdiction. La justice leur a donné raison et ceux-ci peuvent reprendre leurs visites dès ce jeudi.

« C’est une immense victoire ! Nous avons travaillé sans relâche depuis le début de la crise sanitaire pour défendre les intérêts des agents immobiliers, mais également pour défendre le droit au logement qui avait été mis à mal par l’interdiction des visites », a commenté Caroline Lejeune, présidente de Federia.

Cette victoire est surtout symbolique pour le secteur puisque le dernier comité de concertation a acté la reprise des visites accompagnées dès le samedi 13 février. Celles-ci seront donc possibles deux jours plus tôt que prévu.

Federia, son homologue flamand – la CIB Vlaanderen – et un certain nombre d’agents immobiliers avaient introduit un recours au Conseil d’Etat après les mesures prises par le gouvernement fin octobre et début novembre pour limiter la propagation du coronavirus. La demande visant à suspendre en extrême urgence les arrêtés ministériels avaient alors été rejetée par le Conseil d’Etat.

Federia, la CIB Vlaanderen et plusieurs agents immobiliers avaient alors introduit une action en référé auprès du président du tribunal de première instance de Liège afin de contester, dans l’urgence, la légalité de l’interdiction des visites accompagnées. Celui-ci a rendu son ordonnance ce lundi, permettant aux agents immobiliers de reprendre leur visite accompagnée dès ce jeudi.

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  2. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

  3. Alexandria Ocasio-Cortez a dû avaler des couleuvres pour ne pas torpiller son avenir politique.

    Les Démocrates américains se déchirent autour d’Israël

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite