Coupe de Belgique: le Club de Bruges sort l’Antwerp, tenant du titre, et se qualifie pour les quarts

Belga
Belga

Pour les supporters de l’Antwerp « condamnés » à suivre ce choc devant leur poste de télévision, une rencontre au Breydelstadion est toujours un rendez-vous particulier : la rivalité entre les « Blauw en Zwart » et les pensionnaires du Bosuil n’est plus à démentir (Bruges a notamment perdu un titre au Bosuil) et la pelouse brugeoise reste à jamais associée à la victoire en Coupe de 1992 (qui allait mener à la dernière finale européenne d’un club belge).

Jusqu’au mois d’août dernier et le premier match à huis clos de l’ère Covid en Belgique, cette Coupe demeurait le dernier trophée de l’histoire du Matricule 1. La victoire anversoise avait quelque peu compliqué la mise en route de l’équipe brugeoise dans la nouvelle saison. Six mois se sont écoulés et, même si l’Antwerp est actuellement le dauphin des hommes de Philippe Clement (à… 14 points), il n’y a plus photo entre les deux équipes. Les champions en titre ont retrouvé leur sérénité et leur mode « machine de guerre » tandis que les Anversois ont connu quelques turbulences avec le départ d’Ivan Leko et les frasques de Lamkel Zé.

Deux buts 100 % Oranje

Les Brugeois n’ont même pas eu besoin d’un grand Noa Lang pour forcer le passage en quarts de finale de la Croky Cup. Après une 1re mi-temps où l’Antwerp (avec les recrues du mercato hivernal De Wolf, Le Marchand et Avenatti au coup d’envoi) a subi la pression locale (hormis sur une tête de Seck sur un centre de Lamkel Zé), Bruges s’est mis à l’aise avec un but de Vanaken à la 49e après un effort de Mata au détriment de Gelin. L’étreinte ne s’est pas relâchée et deux buts de facture 100 % néerlandaise sont tombés : Dost en deux temps à la 80e après un relais entre Lang et Vormer, une frappe enveloppée de Vormer à la 85e après un appui sur Lang. De suspense, il n’en a été question que deux minutes : le laps de temps entre la réduction par Lamkel Zé (déjà son 5e but en 2021) et l’envoi de Vormer qui a couronné son 300e match professionnel. « Oui ma frappe était voulue, sinon c’était vraiment un très mauvais centre. »

Bruges tient sa revanche et est toujours en route pour le doublé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous