Pétrole: l'AIE voit un "rééquilibrage fragile" en début d'année

"Le rééquilibrage du marché pétrolier reste fragile au début de 2021 alors que les mesures pour contenir la propagation du Covid-19, avec ses variantes plus contagieuses, pèsent lourdement sur la reprise de la demande de pétrole mondiale à court terme", note l'AIE dans son rapport mensuel.

Mais le marché a toutefois été porté récemment par des perspectives économiques plus positives pour le deuxième semestre: le Fonds monétaire international (FMI) a révisé fin janvier sa perspective de croissance mondiale cette année à 5,5% (contre 5,2% auparavant).

Les pays producteurs de l'Opep ont aussi promis de résorber plus rapidement le surplus de stocks pétroliers, souligne-t-elle encore.

Les cours ont ainsi progressé récemment, le baril de Brent de la mer du Nord repassant au-dessus de la barre des 60 dollars.

Après une chute l'an dernier, l'AIE confirme de son côté le rebond de 5,4 millions de barils par jour (mb/j) de la demande pétrolière mondiale cette année, quasi inchangée par rapport à la dernière prévision. La demande atteindra ainsi 96,4 mb/j au total.

Dans le détail, l'agence a revu en baisse se prévision du premier trimestre en raison de l'effet attendu des nouveaux variants, en particulier sur la mobilité. Elle s'attend en revanche à une demande plus soutenue dans la deuxième partie de l'année.

Selon l'AIE, les stocks devraient alors baisser rapidement, avec une offre des pays non-Opep en progression toujours modeste. "Cela ouvre la voie à ce que l'Opep+ commence à réduire ses coupes" dans sa production, selon elle.

L'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés au sein du groupe dit Opep+, dont la Russie, baissent volontairement leur production afin de soutenir les cours.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous