Coronavirus: la confiance des Belges diminue, Coppieters juge un critère du gouvernement «obsolète»

Coronavirus: la confiance des Belges diminue, Coppieters juge un critère du gouvernement «obsolète»

L’intention de la population belge à se faire vacciner reste élevée, selon le dernier baromètre de l’UGent, l’UCLouvain et l’ULB qui s’est concentré sur la confiance des citoyens et leur consommation des médias. Les chercheurs indiquent que 70 % de la population du pays se dit prête à se faire administrer le vaccin anti-Covid-19. Du côté francophone, 68 % de la population y est favorable et 74 % l’est chez les néerlandophones. Ce chiffre s’érode légèrement, selon l’étude, puisqu’il était à 77 % en janvier dernier.

Les chercheurs constatent, par ailleurs, une baisse de confiance de la part de la population envers les autorités. Ainsi, 73 % déplorent que les dirigeants du pays « ne demandent pas l’avis de la population ». Il y a une différence marquée entre le nord et le sud du pays, avec davantage de personnes ayant une confiance très faible ou faible envers les autorités du côté francophone (69,5 %), tandis que du côté néerlandophone elle se situe à 57,7 %. Les experts appellent à une meilleure communication entre les autorités et la population. « Il convient de renouer les fils du dialogue afin de restaurer un niveau plus élevé de confiance et d’insuffler un nouvel enthousiasme au sein de la population afin de faire face à la pandémie. »

Yves Coppieters s’exprime sur les mesures

Dans une interview donnée à nos confrères de 7sur7, Yves Coppieters estime qu’il est temps d’envisager certains assouplissements : « Toute réouverture de tout secteur peut être un élément pour faire remonter les chiffres. Mais un an après l’éclatement de l’épidémie, on ne peut plus se permettre de ne pas prendre ce risque-là, estime l’épidémiologiste. La situation devient intenable sur le plan social, économique, etc. Si les coiffeurs respectent le protocole tel qu’il est défini (masque, ventilation…) et que des contrôles sont opérés pour s’assurer que cela est bien appliqué, je ne pense pas que le profil de l’épidémie va radicalement changer. On ne peut plus vivre de cette manière plus longtemps », estime l’expert.

Selon Yves Coppieters le seuil des 800 contaminations fixé par le gouvernement est devenu « complètement obsolète » : « Il faut savoir que le seuil des 800 contaminations par jour n’est basé sur aucun élément et c’est un critère qui est trop dépendant du testing. Si vous augmentez votre capacité de tests, vous allez recenser davantage de cas positifs. Ce chiffre a été décidé avant l’arrivée des variants et ne tenait pas compte de l’évolution de la vaccination qui est censée diminuer la propagation des transmissions. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous