Résistantes en 2020, les banques devront jouer serré en 2021

Sans conteste, les résultats publiés par les principaux groupes bancaires européens portent la marque de la crise.

L'espagnol Banco Santander a essuyé une gigantesque perte de près de 9 milliards d'euros. L'italien UniCredit et son compatriote Banca Monte dei Paschi di Siena ont affiché des pertes respectives de presque 3 milliards et 1,3 milliard. Le français Société Générale a subi une perte de 258 millions et l'allemand Commerzbank une de presque 3 milliards.

Chez d'autres, les résultats sont ressortis en forte baisse, à l'image du français BNP Paribas qui vu son bénéfice net reculer de 13% sur un an, ou de l'espagnol BBVA dont le bénéfice a chuté de 63%.

Mais bien souvent, "ce ne sont pas des pertes sur toute l'année, seulement sur un ou deux trimestres. On a finalement peu de banques qui ont perdu de l'argent en 2020 et les pertes sont souvent liées à des provisions et des dépréciations comptables" liées à la crise du Covid-19, souligne David Benamou, directeur des investissements chez Axiom Alternative Investments.

De fait, la plupart des établissements bancaires européens ont massivement garni l'an passé leurs réserves de provisions, parfois même sur des portefeuilles de crédits considérés comme sains, pour se prémunir contre d'éventuelles turbulences futures.

Ils ont pour cela pu compter sur un assouplissement des exigences réglementaires et sur un arsenal de mesures de la Banque centrale européenne (BCE). Les autorités européennes leur ont par ailleurs imposé de retenir toute distribution de dividendes.

Et de fait, à la différence de la crise financière de 2008, les établissements bancaires européens ont été plutôt du côté des solutions que des problèmes, en relayant par exemple certaines mesures gouvernementales de soutien mais aussi en continuant à prêter à l'économie.

Ceci étant, "la résurgence des cas de coronavirus met en exergue le risque d'une nouvelle détérioration de l'économie. Cette incertitude, conjuguée à la disparition progressive de mesures de soutien en 2021, crée un risque considérable pour les banques", ont pointé fin décembre les analystes de Moody's dans une note.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous