Université de Namur: les candidats à l’élection rectorale sont connus

La campagne électorale de l’université de Namur peut enfin débuter. L’assemblée générale de l’UNamur a validé, ce vendredi, les candidatures au poste de recteur. À la suite de l’appel à candidature lancé début janvier, deux candidats ont manifesté leur intérêt pour le poste. En lice pour succéder à Naji Habra dont le mandat s’achève le 13 septembre 2021, on retrouve une femme et un homme : Annick Castiaux et Alain de Crombrugghe.

Les candidatures pouvaient directement provenir de professeurs de l’établissement ou être suscitées, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Institution, par des membres de l’Assemblée générale ou par le Père Provincial des jésuites.

Une femme et un homme

Vice-rectrice à l’Enseignement, Annick Castiaux connaît déjà bien les responsabilités académiques. Cette docteure en physique a commencé son parcours comme chercheuse au Laboratoire de Physique du Solide avant de rejoindre le secteur privé. Après quelques années de consultance en gestion de l’informatique, elle rejoint l’UNamur pour développer le programme d’ingénieur de gestion et initier des recherches en gestion de l’innovation. Depuis 2002, elle enseigne la gestion des technologies et de l’innovation.

Face à elle, Alain de Crombrugghe. Docteur en Sciences économiques de Harvard et professeur d’économie à la Faculté des sciences économiques sociales et de gestion de l’UNamur depuis 1993, il a participé à la création du master en économie internationale et du développement, puis au master en économie commun avec l’UCL. Doyen de la faculté de 2007 à 2011 et de nouveau depuis 2018, il est l’un des coauteurs de la réforme pédagogique « Learning by doing » de tous les programmes de la Faculté.

Pour la deuxième fois de son histoire, l’élection du futur recteur ou de la future rectrice prendra la forme d’un processus démocratique. L’ensemble des étudiants et des membres du personnel, prestant au minimum à mi-temps, sont invités à voter. Le scrutin se tiendra les 11 et 12 mars prochains par voie électronique. Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue, un second tour prendra place les 22 et 23 mars pour départager les candidats. Élu pour un mandat de quatre ans, le prochain recteur prendra ses fonctions à la rentrée prochaine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous