Chômage temporaire, prime... : quelles sont les mesures qui vont toucher les salariés?

Chômage temporaire, prime... : quelles sont les mesures qui vont toucher les salariés?

Le gouvernement fédéral a décidé vendredi de prolonger jusqu’à la fin juin les mesures de soutien aux secteurs économiques et aux travailleurs dont l’activité est à l’arrêt en raison de la crise sanitaire, a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo au cours d’une conférence de presse entouré de plusieurs de ses ministres.

Il a également approuvé quelques mesures dont l’objectif est d’aider ces secteurs à se préparer à une réouverture.

Le travail étudiant dans les soins de santé ou l’enseignement ne sera pas directement comptabilisé dans le maximum de 475 heures par an.

Chômage temporaire, prime, interruption de carrière...

Pour ce qui est du travail salarié, une flexibilité supplémentaire sera appliquée dans le chômage temporaire qui pourra se décliner en demi-journées et de la sorte répondre aux besoins de travailleurs de secteurs comme ceux des titres-services ou du transport scolaire, a indiqué le ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne.

Une prime unique pouvant atteindre 780 euros bruts sera accordée aux travailleurs en chômage temporaire depuis longtemps (52 jours) qui ont un bas salaire et qui sont employés dans un secteur encore fermé le 1er mars.

L’offre de formation pour les chômeurs temporaires sera renforcée.

Le crédit-temps ou l’interruption de carrière pourra être utilisé de manière plus flexible pour permettre aux travailleurs de reprendre temporairement leur activité.

Trente millions d’euros seront octroyés aux CPAS pour des aides supplémentaires au bénéfice des jeunes et des étudiants de 18 à 25 ans en difficulté.

Les indemnités de télétravail augmenteront également, aussi bien pour les salariés que dans la fonction publique. Dans la fonction publique, le télétravail est très bien respecté mais il engendre des préoccupations en termes pratiques mais aussi psychiques. La ministre Petra De Sutter a annoncé le lancement d’une campagne de prévention du burn-out. Un outil d’évaluation «Burnout Assesment Tool» fera l’objet d’une campagne de promotion.

Parmi les mesures prolongées figure le droit passerelle qui a été doublé dans les secteurs contraints de fermer. Le montant des dépenses totales dépasse désormais 3,5 milliards d’euros et le montant des dépenses liées au double droit passerelle, le milliard d’euros, a indiqué le ministre des Indépendants, David Clarinval.

Enfin, le gel de la dégressivité des allocations de chômage est aussi du lot des prolongations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous