Conner Rousseau propose d’interdire la procréation ou de sanctionner certains parents: les réactions fusent

Conner Rousseau propose d’interdire la procréation ou de sanctionner certains parents: les réactions fusent

Conner Rousseau, président du sp.a a lancé un débat choc à propos des parents qui se voient retirer la garde de leurs enfants, rapporte Sudinfo.

Il propose des sanctions, voire une interdiction provisoire de procréer pour les parents en proie à une addiction, qui motive le juge à placer leurs enfants déjà nés. Chez les politiques francophones, on ne s’y attendait pas.

C’est la deuxième fois en deux mois que le président du sp.a ouvre son cœur sur ce sujet des plus délicats. Mardi, c’était dans le cadre d’un débat entre Meyrem Almaci, la présidente de Groen et lui-même, dans la sacro-sainte émission «Terzake» de la VRT. Cela ne s’est pas vraiment bien passé…

Le débat a été lancé dans un livre que M. Rousseau a publié l’an dernier. «T.» est décédé et cette histoire a touché le président du sp.a. D’où cette pensée d’envisager qu’une maman puisse, dans certains cas extrêmes, se voir empêchée de procréer.

«Imaginez une maman accro à l’héroïne et qui continue à donner naissance à des enfants, alors que les précédents lui ont été enlevés par un juge, des enfants qui naissent parfois avec des problèmes liés à son addiction», explique Conner Rousseau à un journaliste de la VRT. «Je me pose la question: ne faut-il pas intervenir? Pour le bien-être des enfants en danger? Ce serait peut-être bien de dire à ces parents: travaillez d’abord sur vous-même, prenez soin des enfants que vous avez déjà et peut-être que pendant cette période où le juge dit que vous n’êtes pas en état de vous occuper des enfants que vous avez, on peut se dire que vous n’êtes pas en état d’en faire d’autres…»

Le journaliste lui demande s’il pense à la stérilisation: «Non, je n’ai jamais utilisé ce mot. Je veux lancer le débat. On doit bien pouvoir trouver des solutions».

Les réactions fusent

Chez Ecolo, on juge l’interdiction de procréation comme « inacceptable ». Du côté du CDH, on se demande « C’est quoi se délire ? ». Pour le PTB, pour qui le sujet préoccupe, « on ne partage pas l’approche de M. Rousseau ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous