Accueil Belgique Politique

Démission de Milquet: au CDH, les ministrables poireautent...

Certains assurent que Benoît Lutgen voudrait confier l’Education au ministre wallon Maxime Prévot ou, à défaut… à lui-même. Crédible ? Moyennement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Ils ne l’avoueront pas. Mais on connaît un petit paquet de centristes qui se sont arrêtés de respirer, lundi matin, très précisément à 10 h 15, quand Joëlle Milquet a annoncé qu’elle démissionnait de son poste de ministre de l’Education, de la Culture et de la Petite enfance. Depuis lundi, ils dorment avec leur portable en espérant qu’il sonne en affichant le nom de Benoît Lutgen. Mais le président du CDH est plus silencieux que jamais. Et le seul nom à s’afficher sur le portable des ministrables est celui des journalistes.

« Rien ? »

– Rien de rien…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs