Enseignement: «Je ne suis pas pour la guerre mais pour l’amour entre les réseaux», lance Frédéric Daerden

Frédéric Daerden, le ministre en charge des Bâtiments scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles (PS).
Frédéric Daerden, le ministre en charge des Bâtiments scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles (PS). - Photo News

Le ministre en charge des Bâtiments scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles Frédéric Daerden (PS) a appelé dimanche au rapprochement entre les réseaux scolaires dans le cadre du plan de relance post-covid. «Je ne suis pas pour la guerre mais pour l’amour entre les réseaux», a-t-il lancé.

«L’accord le plus défavorable en 30 ans»

Sur le plateau de l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » sur RTL-TVi, Frédéric Daerden était interpellé par Etienne Michel. Le directeur général du Segec (Secrétariat général de l’Enseignement Catholique) lui a rappelé tout le mal qu’il pensait de la répartition opérée par la Fédération Wallonie-Bruxelles du budget prévu dans le plan de relance pour la rénovation des bâtiments scolaires. «L’accord le plus défavorable en 30 ans», a-t-il estimé.

La FWB a décidé d’allouer 300 des 500 millions d’euros qu’elle va toucher du plan de relance européen à la rénovation (énergétique) de ses bâtiments scolaires. De ces 300 millions, Frédéric Daerden, veut en allouer 58,5% au réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE, ex-Communauté française), dont les bâtiments ont particulièrement pâti d’un sous-investissement chronique ces dernières décennies. Le reste, soit 41,5%, serait partagé entre le réseau officiel subventionné (écoles communales et provinciales) et l’enseignement libre, confessionnel et non confessionnel.

«Rapprochement entre les réseaux pour une utilisation optimale des surfaces»

Dimanche, le ministre a confirmé ces intentions. «Un enfant est enfant! Mais 1 euro n’est pas 1 euro: mon grand chantier des bâtiments scolaires s’intéresse à tous les réseaux, même privés. Mais être équitable, c’est donner en fonction des besoins de chacun et des spécificités.»

M. Daerden a ajouté inciter au «rapprochement entre les réseaux pour une utilisation optimale des surfaces.» «Il faut que les moyens budgétaires européens inespérés incitent au rapprochement des réseaux scolaires. Je ne suis pas pour la guerre mais pour l’amour entre les réseaux», a-t-il conclu, ajoutant que ce budget complémentaire provenant de l’UE était «quand même une bonne nouvelle.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous