Accueil Société

Violences, racisme…: deux chefs de corps de la police reviennent sur les événements polémiques à Bruxelles

Violences policières, faits de racisme, crise de confiance… Revenant sur les enjeux chauds du moment, les chefs de corps des zones de police Bruxelles Midi et Bruxelles Nord insistent sur l’urgence de bâtir une politique de sécurité qui sortirait du « tout policier ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 10 min

La séquence de janvier 2021 aura été marquée par une succession d’événements dramatiques et de révélations mettant à mal la police bruxelloise. Résumons. Entre le 9 et le 24 janvier, deux jeunes hommes ont trouvé la mort dans des commissariats de Saint-Josse et de Bruxelles, une vidéo a refait surface en révélant à l’opinion le racisme à l’état brut de deux policières en poste à Anderlecht, et des arrestations opérées en marge d’une manifestation ont débouché sur une série de témoignages de mineurs dénonçant des traitements dégradants. Un moment de crise pour les forces de l’ordre bruxelloises, qui s’inscrit dans une année qui aura révélé de nombreux points de fracture entre citoyens et policiers.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Psy Clone, mardi 16 février 2021, 12:41

    Les autorités policières bruxelloises tiennent ce même discours depuis plus de 30 ans! Bref, rien de neuf sous les cocotiers, si ce n'est cette "politique" de communication stupide, irrationnelle et détachée de toute réalité. Je leur souhaite bonne mer** dans les mois qui viennent avec au moins 50% de la population bruxelloise qui est plus qu'énervée vis-à-vis de cet organe de répression censé portant protéger les citoyens et qui n'est autre une mafia organisée et protégée par les les autorités belges, accueillant en son sein des personnes sans grand bagage intellectuel (et encore c'est un euphémisme) et sans aucune formation sur ce qu'est un Etat de droit démocratique, sans aucune formation psychologique et donc sans aucune empathie ni pédagogie envers les citoyens. Qui plus est, la majorité des "forces" policières bruxelloises ne proviennent pas de Bruxelles (et vive la police de "proximité" n'est-ce-pas ?) : c'est à Bruxelles qu'on envoie les jeunes recrues "pour faire leurs armes"... car personne ne veut travailler à Bruxelles. Ils parlent juste flamand ou français et ont affaire à une population de plus de 187 langues différentes. C'est pas génial ça ? On arrête pas de nous gaver de l'internationalité de Bruxelles, son rayonnement, la capitale de l'Europe et tout le toin-toin. Et dans les faits ils vont nous mettre une police bruxelloise incapable à tous les niveaux. C'est sûr qu'on a confiance dans ce truc machin chouette qu'est la police bruxelloise ! D'ailleurs, c'est LA RAISON ESSENTIELLE pour laquelle je me casse ailleurs ! Et je suis très pressé de me casser de cette ville pourrie jusqu'à la moëlle et en pleine déliquescence économique et culturelle. D'ailleurs, je ne saisis pas ces populations qui viennent y habiter : ils pensent que c'est génial Bruxelles... oui il y a 20 ans de cela c'est vrai. Mais plus aujourd’hui, alors là je peux vous le garantir!... et surtout à cause de cette répression policière (mais pas que, je vous "rassure"... on peut aussi parler de la congestion automobile et des multiples manifestations devant cette autre stupide institution qu'est l'UE, des prix des loyers, de la mort des commerces, etc... la liste est longue... très très longue...).

  • Posté par Legros Pascal, mardi 16 février 2021, 9:54

    Ce n'est pas la procédure disciplinaire qui est compliquée, c'est le processus décisionnel qui est complètement noyé. Trop de "responsables" qui doivent attendre une décision annexe, des rapports, etc ... qui rompent le cadre chronologique de la procédure. C'est le management qui est trop lourd. Il y a 3 Commissaires pour 1 Inspecteur de terrain (j'exagère ... un peu).

  • Posté par Legros Pascal, mardi 16 février 2021, 9:47

    Ce n'est pas la procédure disciplinaire qui est compliquée, c'est le processus décisionnel qui est complètement noyé. Trop de "responsables" qui doivent attendre une décision annexe, des rapports, etc ... qui rompent le cadre chronologique de la procédure. C'est le management qui est trop lourd. Il y a 3 Commissaires pour 1 Inspecteur de terrain (j'exagère ... un peu).

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 16 février 2021, 9:21

    Il faut écouter ce qu'ils disent et se préparer à des cris d'orfraie de ceux qui vivent de ce qu'ils remettent en cause : les syndicats de la police. Le statut disciplinaire à la police qui est une vraie "usine à gaz", conçu à l'époque par un bureau d'avocats, où les chausses trappes, les recours, les moyens de preuve, les délais, les punitions et les faits infractionnels eux-mêmes sont d'une complexité monstrueuse quasi inaccessible au "commun des Chefs de Corps". Wait and see. Qui aura le courage de faire un texte qui soit le garant tout à la fois des droits des citoyens lambda tout autant que des policiers actifs sur le terrain ?

  • Posté par Psy Clone, mardi 16 février 2021, 12:55

    Vous vous méprenez : il ne s'agit pas d'un "syndicat" au sens premier du terme. Le syndicalisme est le fruit du mouvement ouvrier qui a été acquis de le sang après 150 années de lutte. Il s'agit de la défense des travailleurs et non pas des Fonctionnaires de l'Etat. En d'autres termes, on vous fait croire qu'il s'agit d'un syndicat afin d'amoindrir la force du "syndicalisme" : le syndicat de la police s'arroge cette symbolique alors qu'il ne l'est pas. Pour rappel : les policiers , les militaires et autres fonctionnaires (sous statut) ont prêté serment à l'Etat. A partir de là, ils sont obligés de répondre aux ordres de l'Etat. Leur syndicat n'en est donc pas un au même titre que les syndicats de travailleurs. Ah bon ? Vous ne me croyez pas ? Bon et bien à quand un syndicat des forces armées belges ? : "Ah oui, non aujourd'hui je n'obéis pas, je fais pas la guerre parce que fais grève" ! CQFD

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs