Coronavirus - Nouveau report de la hausse tarifaire pour les avions polluants à Zaventem

Les compagnies aériennes versent à l'aéroport une taxe par passager, une façon d'indemniser les services aéroportuaires. Ces tarifs, qui varient aujourd'hui en fonction du bruit émis par chaque appareil, sont fixés en principe pour cinq ans, sur base de discussions avec les compagnies sur l'évolution attendue du trafic, notamment.

Pour la prochaine vague tarifaire, l'exploitant de Brussels Airport entendait apporter quelques modifications, en prenant en compte les émissions de CO2 et d'oxydes d'azote des avions. Mais la crise sanitaire, qui frappe très durement le secteur aéronautique et dont les conséquences restent incertaines, complique les choses. La pandémie fait qu'il est impossible pour Brussels Airport Company et les compagnies aériennes d'échanger des données et d'organiser une consultation, précisément car les conséquences de la crise pour le secteur au cours des cinq prochaines années restent très incertaines et difficilement prévisibles.

La grille tarifaire actuelle a été instaurée en avril 2016. Elle avait déjà été prolongée d'un an l'an dernier et va donc être d'application encore une année de plus. "Les tarifs actuels seront d'application jusqu'à fin mars 2023", confirme une porte-parole de l'aéroport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous