Immobilier: ce qui va changer dans la taxation des biens à l’étranger

Immobilier: ce qui va changer dans la taxation des biens à l’étranger

La Chambre a approuvé en séance plénière un projet de loi du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, sur la taxation des biens immobiliers à l’étranger. Il vise à mettre la Belgique en conformité avec les règles européennes à la suite d’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

La Cour de Luxembourg a condamné la Belgique en 2018 pour «traitement inégal» du fait que la base imposable était calculée à partir de la valeur cadastrale du bien immobilier en ce qui concerne les biens situés en Belgique, et sur la valeur locative réelle s’agissant des immeubles situés à l’étranger. Or, cette dernière est généralement bien plus élevée que le revenu cadastral.

En novembre 2020, le royaume a été condamné à une amende de 2 millions d’euros et une astreinte de 7.500 euros par jour, pour ne pas s’être conformé à l’arrêt.

Pour remédier à ce traitement inégal, le ministre des Finances avait prévenu qu’il ne toucherait pas à la fiscalité des loyers en Belgique.

Les revenus locatifs à l’étranger dans le viseur

C’est donc celle des revenus locatifs à l’étranger qui changera: un revenu cadastral sera attribué par l’administration fédérale des mesures et évaluations du SPF Finances. Et pour arriver à une égalité de traitement avec le précompte immobilier belge, l’impôt étranger ne sera plus déductible du revenu immobilier étranger.

Pour les biens immobiliers sis dans un pays avec lequel la Belgique a conclu une convention préventive de double imposition, l’impact de la modification est en principe limité à la réserve de progressivité. Les modifications proposées s’appliqueront également à l’impôt des personnes morales.

Le revenu cadastral des biens immobiliers bâtis ou non bâtis sis à l’étranger sera fixé à l’aide de méthodes d’évaluation qui peuvent également être utilisées pour les biens immobiliers sis en Belgique lorsqu’il n’existe aucune parcelle de référence.

Pour les biens immobiliers bâtis, le revenu cadastral sera fixé à l’aide de la valeur vénale actuelle, ramenée à la valeur vénale à l’époque de référence (1975) à l’aide d’un facteur de correction déterminé par arrêté royal. Sur cette valeur vénale à l’époque de référence, un facteur de capitalisation de 5,3% est ensuite appliqué afin de déterminer le revenu cadastral.

Pour les biens immobiliers non bâtis, le revenu cadastral sera fixé à 2 euros par hectare.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le noyau dur du collectif Wallonie Horeca est bien déterminé à accueillir ses clients dès le 1er mai, malgré les mesures sanitaires décidées par le Comité de concernation.

    Mesures anti-covid: comment Liège est devenue le bastion des insurgés de l’horeca

  2. d-20201027-GJMJ6E 2021-03-28 19_46_34

    Maisons de repos: l’impact bénéfique de la vaccination enfin mesuré

  3. Ce qui attire de nombreux néerlandophones à Daverdisse, c’est le calme, la nature, les paysages...

    Quand l’Ardenne se met au flamand

La chronique
  • La chronique Carta Academica: Démocratie et covid: la (dés)union fait la force

    Lors de la première phase du confinement, la dimension collective et rassembleuse des propos de la Première Ministre Sophie Wilmès a été saluée, en contraste avec la rhétorique guerrière maniée par Emmanuel Macron. Depuis octobre 2020, le nouveau gouvernement De Croo a repris à son compte ce credo fédérateur. Sur les réseaux sociaux, sur les sites officiels, sur les ondes, à l’écran, la campagne 1 équipe pour 11.000.000 s’est déclinée dans toutes les langues nationales. Mais après 13 mois de gestion de la crise covid, la Belgique se fissure. Retour sur l’histoire de cette (dés)union.

    1 équipe pour 37 arrêtés ministériels

    Aux antipodes des discours officiels qui misent sur la collaboration entre l’État et les citoyen.ne.s, la gestion du covid s’accompagne d’une approche de plus en plus répressive. D’abord, les...

    Lire la suite

  • La guerre des chefs, ce luxe impayable

    Que reste-t-il, dix jours plus tard, du « sofagate » ? Cette guerre des chefs, exposée cruellement au grand jour, est désastreuse pour l’image de l’Union européenne, et pas qu’aux yeux d’Erdogan et des féministes. Au cours des dix derniers jours, elle a en effet donné le sentiment aux citoyens européens que les patrons de l’UE perdaient une partie de leur énergie et de leur temps à s’observer, à se disputer et à tracer les frontières entre leurs deux fonctions. Exagéré ? Il faudra le prouver car vu du canapé, désormais...

    Lire la suite