Accueil Monde Afrique

Terrorisme: au Sahel, Macron opte pour le durcissement

Le président français parle de « décapiter » les organisations djihadistes au Sahel. Pourtant, l’armée française doit s’y contenter de succès « tactiques »...

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Ceux qui avaient annoncé, sur la foi de bruits parisiens insistants, que la France allait procéder au rappel d’une partie de ses troupes engagées dans l’opération militaire « Barkhane » au Sahel ont subi ce 16 février un démenti formel de la part d’Emmanuel Macron. Le président français, s’exprimant par vidéo-conférence alors que cinq chefs d’Etat africains – tchadien, malien, burkinabé, nigérien et mauritanien – étaient réunis en sommet à N’Djamena, au Tchad, a en effet au contraire eu recours à une rhétorique guerrière envers les organisations djihadistes qui sévissent au Sahel, promettant « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter ces organisations », « dont la plus haute hiérarchie continue à nourrir un agenda djihadiste  ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jérôme De Greef, mercredi 17 février 2021, 12:32

    Un nouveau Vietnam.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs