Accueil Opinions Cartes blanches

«Haïti et le silence de la Belgique»

Haïti est au bord de l’implosion. Des organisations haïtiennes, partenaires de la coopération belge, sont en butte à la dérive autoritaire du pouvoir, sans que, pour l’instant, la Belgique n’assume ses responsabilités, affirme dans une carte blanche Frédéric Thomas

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Selon la Constitution haïtienne, le mandat du président s’achève cinq ans après le 7 février, qui suit le processus électoral. Mais, Jovenel Moïse entend faire débuter son mandat du jour de son investiture, et rester un an de plus, afin d’organiser des élections et un référendum constitutionnel. Le premier décret pris après le 7 février est emblématique : il ordonne la mise à la retraite de trois juges de la Cour de cassation, et implante une « zone franche agro-industrielle d’exportation ». Se donne ainsi à voir la conjonction de la dérive autoritaire et de la stratégie de développement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs