Troisième journée de grève chez Engie Fabricom à Fleurus et Ans

Les syndicats voient dans les six licenciements la volonté de l'entreprise de procéder à une restructuration qui ne dit pas son nom. Ils ont pointé au cours des dernières heures les procédures sur lesquelles direction et syndicats étaient tombés d'accord en janvier dernier et qui devaient selon eux précisément empêcher les licenciements abusifs. La direction quant à elle a écarté toute volonté de restructuration pointant des problèmes individuels dans le chef des travailleurs licenciés.

Engie Fabricom est actif dans la conception, la réalisation et la maintenance d'infrastructures industrielles et techniques. Sur les sites de Fleurus et d'Ans, l'entreprise emploie quelque 400 travailleurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous