Accueil Société Régions Wallonie

Attaques de loup confirmées sur des moutons en province de Luxembourg

Les dommages occasionnés par le loup peuvent faire l’objet d’une indemnisation selon certaines conditions, rappelle le SPW.

Temps de lecture: 2 min

Plusieurs moutons ont été attaqués par des loups début février dans des troupeaux qui se trouvaient à Hampteau et Marcourt, deux villages de la province de Luxembourg qui ne sont séparés que de quelques kilomètres. Les premiers résultats des analyses ADN à la suite de ces attaques ont permis d’établir que cinq ovins à Marcourt et deux à Hampteau avaient été tués par un « loup de lignée germano-polonaise », annonce mercredi le Service public de Wallonie dans un communiqué.

Début février encore, deux moutons avaient été tués à Ochamps, autre bourgade de la province de Luxembourg, mais distante d’une cinquantaine de kilomètres des autres attaques. Pour ces victimes, « les premiers résultats des analyses génétiques ne permettent pas de confirmer s’il s’agit d’un loup en raison de la qualité insuffisante de l’ADN prélevé », explique le SPW.

A la suite de ces trois attaques, une équipe du Réseau Loup wallon, qui intègre des représentants de différents secteurs et vise à rassembler les données d’observation, s’était rendue sur les lieux afin d’identifier les traces laissées par le prédateur, effectuer des prélèvements et procéder à des analyses ADN en vue de déterminer s’il s’agissait d’attaques de loup ou d’un autre animal.

Les propriétaires des moutons ont été informés des résultats. Les dommages occasionnés par le loup peuvent faire l’objet d’une indemnisation selon certaines conditions, rappelle le SPW.

Les attaques létales de loup sur des moutons restent marginales, comme le souligne le Service public. « Depuis 2017, en Wallonie, sur 183 animaux mortellement attaqués, seuls 23 ont été imputés avec certitude au loup tandis que 80 ont été victimes de chiens. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par cornelissen jan, mercredi 17 février 2021, 19:48

    Cela fait quelques années que de tous les côtés on voit des gens qui ont réussi à gagner leur vie moyennant des moutons qui font office de machines à tondre sur les taluds des autoroutes/trains/digues. Entretemps sont venus les verts qui nous imposent leurs idées, pour ne pas parler du fascisme vert. Ce sont les verts qui vont protéger les moutons qu’on a mis derrière une clôture provisoire, fabriqué avec un simple cordon sous haute tension (mais basse puissance)? Je crains que non, ils vont dire que monsieur le berger doit se débrouiller. Voilà de nouveau un métier en danger de disparaître de nouveau.

  • Posté par LAURENT Christian, jeudi 18 février 2021, 21:41

    Le loup est une espèce protégée au niveau européen. Il n'y a pas de fascisme vert, mais bien une meilleure prise en compte des réglementations.

  • Posté par Wenkin Gilles, mercredi 17 février 2021, 13:40

    En ce qui me concerne, je me réjouis de lire ce genre de nouvelles. C'est triste pour les éleveurs, mais je suis tout à fait d'accord que l'argent de mes impôts serve à les indemniser. Quelques moutons par an an, c'est rien comparé au prix d'un missile AIM-120 ( 386 000 $ l'unité) qui équipe nos F-16 déployés au Moyen-Orient....

  • Posté par Chauvaux Michel, mercredi 17 février 2021, 13:07

    En même temps, si ce ne sont pas les loups, ce sont les humain qui en font des navarins et des merguez non? :-)

  • Posté par Godart Michaël, mercredi 17 février 2021, 12:48

    indemnisation selon certaines conditions : ils ne sont pas près de voir le moindre centimes à mon avis!

Plus de commentaires

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs