Accueil Monde Union européenne

Coronavirus: l’Union européenne présente son plan d’action contre les variants

Il s’agit d’actions clés d’un nouveau «plan» de l’exécutif européen pour que les 27 soient, ensemble, mieux préparés pour la suite de la pandémie.

Temps de lecture: 2 min

La Commission européenne va soutenir financièrement les Etats membres pour qu’ils réalisent davantage de séquençage génomique du coronavirus. Parallèlement, le but est de parvenir à faire une analyse de séquençage sur 5% des tests positifs de la population, pour détecter plus rapidement de nouveaux variants du virus et l’importance de leur propagation parmi les citoyens.

Il s’agit d’actions clés d’un nouveau «plan» de l’exécutif européen pour que les 27 soient, ensemble, mieux préparés pour la suite de la pandémie, avec son lot attendu de nouveaux variants et le potentiel besoin de vaccins adaptés, à produire en grandes quantités.

Incubateur HERA

La Commission l’a présenté mercredi sous le nom « d’incubateur HERA», tout en précisant qu’il servira de base, au-delà de la pandémie actuelle, au fonctionnement de la nouvelle autorité chargée d’anticiper les situations d’urgence sanitaire: l’HERA (European Health Emergency Preparedness and Response Authority). Ursula von der Leyen, présidente de la Commission, avait annoncé son intention de créer une telle autorité en septembre dernier, plaidant pour une «Europe de la Santé» dotée de son équivalent de la Barda américaine (autorité US pour la recherche et le développement avancée dans le biomédical).

L’UE entend ainsi tirer les leçons des premiers mois de la pandémie. «De nouveaux variants continuent d’apparaître et l’accroissement de la production de vaccins se heurte à des difficultés», observe la Commission.

Les vaccins

L’autorisation des vaccins par l’EMA (Agence européenne des médicaments) avait déjà été accélérée avec la procédure de «rolling review», un examen en continu du candidat-vaccin. Mais face aux pays tiers ayant choisi d’autoriser des produits pour usage d’urgence, l’UE a accusé un retard de quelques semaines, avec ses autorisations conditionnelles de mise sur le marché nécessitant une évaluation scientifique complète.

Pour la suite, il faut que ça aille plus vite: la Commission annonce donc qu’elle va «adapter le cadre réglementaire» pour que les adaptations de vaccin aux variants puissent être approuvées «sur la base d’un ensemble plus restreint de données complémentaires soumises en continu à l’EMA». Elle annonce envisager aussi une «nouvelle catégorie d’autorisations d’urgence» des vaccins.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Moreau Michel, mercredi 17 février 2021, 16:03

    "Incubateur HERA"... donc pas encore l'HERA lui-même ? Alors que son équivalent US (BARDA : Biomedical Advanced Research and Development Authority) a été établi par le "Pandemic and All-Hazards Preparedness Act" dès... 2006 ! Bien que Trump en ait quelque peu torpillé l'influence, le BARDA a tout de même financé pour plus de $2 milliards le développement des vaccins, majoritairement par $1.2 billion vers AstraZeneca et $483 million vers Moderna" ! Ca aide !

  • Posté par G Jean Luc, mercredi 17 février 2021, 14:54

    se fier à un ensemble plus restreint de données, c'est bien mais une fois validé, il faut que l'analyse en profondeur soit continuée, il ne faut pas juste s'appuyer sur une façade.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs