Yves Coppieters critique les autorités belges: «Un manque de professionnalisme, de vision à long terme...»

Parfois, les politiques et les experts sont d’accord. C’était un peu le cas mercredi après-midi en commission covid, qui enquête sur la gestion de la crise pandémique en Belgique depuis son déclenchement en février-mars 2020. En l’occurrence, les députés membres de la commission et les experts qui les « accompagnent » dans la traversée sont au diapason : il est temps d’auditionner les responsables politiques de première ligne. Députés et experts se sont entendus pour convoquer Alexander De Croo, attendu le 19 mars. Entre-temps, les seconds auront remis une série de recommandations, autour des 12 et 13 mars.

AstraZeneca

L’on pressent que les responsables politiques seront accueillis chaudement. Parmi les experts, Yves Coppieters, professeur de santé publique à l’ULB, prenant la parole mercredi devant la commission, a critiqué très durement et à plusieurs égards la façon dont le pays a fait face… « En termes de communication, on a toujours une guerre de retard », a-t-il constaté, par exemple à propos de l’attitude de nos autorités pour ce qui concerne l’administration à la population du vaccin AstraZeneca. Yves Coppieters souligne ici combien le débat a tardé à atterrir chez nous « alors que beaucoup de réflexions avaient lieu déjà dans les pays avoisinants ». Yves Coppieters, toujours, parle d’un « manque de professionnalisme ». Le même souligne aussi combien la Belgique, à son sens, a très peu été présente dans les instances internationales, européennes itou, durant la crise, notamment lorsqu’il fut question de la vaccination. Yves Coppieters, toujours, s’interroge à propos, dit-il, du manque de « leadership » de nos hauts fonctionnaires, qui devraient, selon lui, se profiler davantage, en termes de « prise de responsabilité », dans une crise comme celle-ci. Le même a épinglé au passage le Premier ministre, s’interrogeant sur, dit-il, « l’absence de vision à long terme ».

Leadership

A ses côtés, Leïla Belkhir (infectiologue à l’UCLouvain) a insisté sur la nécessité, à ce stade, d’entendre les responsables politiques et de se coordonner dans cette perspective, au sein de la commission, entre experts et députés. Hugo Marynissen (professeur à l’Antwerp Management School et expert en gestion de risques), déplorant lui aussi « le manque de vision à long terme, le manque de leadership » en règle générale, a précisé que les recommandations des experts mettront l’accent notamment sur notre capacité à l’avenir « à nous préparer aux grands risques et menaces ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous