Accueil Médias

Vie privée: priées de la boucler, les deux directrices de l’APD alertent la Commission européenne

Dans un courrier adressé à Ursula von der Leyen et Didier Reynders, les lanceuses d’alerte de l’Autorité de protection des données dénoncent les illégalités du traitement des données en Belgique. Et la passivité du Parlement.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 5 min

Chercherait-on à étouffer les problèmes d’indépendance de l’Autorité de protection des données soulevés, à plusieurs reprises, par deux lanceuses d’alerte au sein même de l’organe en charge du contrôle de notre vie privée ? Tout semble à tout le moins l’indiquer. Pour rappel, deux directrices de l’APD, Alexandra Jaspar et Charlotte Dereppe, ont écrit plusieurs courriers au Parlement pour le mettre en garde sur le fait que l’Autorité était, aujourd’hui, « inopérante ». En cause : le manque d’indépendance de certains de ses membres, ce qui nuirait gravement à sa mission de chien de garde envers les instances de l’Etat. Ce qui, au passage, place la Belgique en situation d’infraction au RGPD.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

51 Commentaires

  • Posté par Carette - De Toeuf Françoise, vendredi 19 février 2021, 8:41

    J'ai dénoncé à plusieurs reprises les libertés prises en Be avec la protection des données. J'ai alerté mes collègues via la presse médicale. Et ce dès la publication de l'AR du 22 décembre et de la loi du 24 décembre, contre lesquels l'ABSyM va introduire des recours. J'ai fait de même lors des publications successives ( la dernière en l'été 2020) des AR confiant à Sciensano,, la gestion des données Covid: la protection des donnée de santé à caractère personnel n'y est pas garantie. de même, le projet de loi pandémie comporte des risques identiques. Rien ni personne n'a bougé. L'incrédulité et l'incompréhension des enjeux règnent parmi le public. Il faut saluer , et soutenir, les deux directrices qui ont osé lever le silence sur des pratiques dangereuses, d'autant plus qu'elles semblent maintenant faire l'objet d'un harcèlement organisé de la part de leur hiérarchie. Il ne faut pas laisser enterrer cette affaire, la clarté doit être faite et les corrections apportées. Des (?) parlementaires semblent cibler le messager sans voir le message. La commission européenne est le seul recours qui peut faire bouger les choses, étant garante du respect du RGPD aujourd'hui bafoué chez nous. Signé: Dr J de Toeuf

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 21 février 2021, 21:22

    Madame; vous postez sous " Carette - De Toeuf Françoise" ... et vous terminez par " signé : Dr J de Toeuf ". C'est quoi cette supercherie ? Je doute que cela puisse apporter une quelconque crédibilité à votre post ! (Et en double svp !) (bis repetita également)

  • Posté par Carette - De Toeuf Françoise, vendredi 19 février 2021, 8:41

    J'ai dénoncé à plusieurs reprises les libertés prises en Be avec la protection des données. J'ai alerté mes collègues via la presse médicale. Et ce dès la publication de l'AR du 22 décembre et de la loi du 24 décembre, contre lesquels l'ABSyM va introduire des recours. J'ai fait de même lors des publications successives ( la dernière en l'été 2020) des AR confiant à Sciensano,, la gestion des données Covid: la protection des donnée de santé à caractère personnel n'y est pas garantie. de même, le projet de loi pandémie comporte des risques identiques. Rien ni personne n'a bougé. L'incrédulité et l'incompréhension des enjeux règnent parmi le public. Il faut saluer , et soutenir, les deux directrices qui ont osé lever le silence sur des pratiques dangereuses, d'autant plus qu'elles semblent maintenant faire l'objet d'un harcèlement organisé de la part de leur hiérarchie. Il ne faut pas laisser enterrer cette affaire, la clarté doit être faite et les corrections apportées. Des (?) parlementaires semblent cibler le messager sans voir le message. La commission européenne est le seul recours qui peut faire bouger les choses, étant garante du respect du RGPD aujourd'hui bafoué chez nous. Signé: Dr J de Toeuf

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 21 février 2021, 21:17

    Madame; vous postez sous " Carette - De Toeuf Françoise" ... et vous terminez par " signé : Dr J de Toeuf ". C'est quoi cette supercherie ? Je doute que cela puisse apporter une quelconque crédibilité à votre post ! (Et en double svp !)

  • Posté par jacques muller, jeudi 18 février 2021, 20:18

    Bravo à Alexandra Jaspar et Charlotte Dereppe. Tous mes respects. Curieux de voir si un parlementaire aura le courage de se positionner. Probablement pas, le règne de la lâcheté et des intérêts personnels...

Plus de commentaires

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs