Accueil Opinions Débats et idées

Vaccination: lever le secret médical pour mieux protéger le patient? Les médecins sont divisés

Un médecin a-t-il à signaler ses patients atteints de pathologies particulières afin qu’ils soient vaccinés en priorité contre le covid ?

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

De nombreux médecins rejettent l’idée qu’ils puissent être amenés à désigner, parmi leur patientèle, certaines personnes présentant des pathologies particulières qui les rendent plus vulnérables au coronavirus, afin qu’elles puissent être vaccinées prioritairement.

Mais protéger la population par tranche d’âge, sans autre forme de pondération, ne relève-t-il pas d’un égalitarisme mal pensé, d’un universalisme « hors sol » qui fait fi des cas particuliers ?

À cela, le corps médical avance un certain nombre d’objections, comme le danger de stigmatisation, ou le fait que 60 % de la population belge affiche une tension artérielle égale ou supérieure à 14 – chiffre à partir duquel on est officiellement « hypertendu » – et serait donc susceptible de « remonter les files » pour être vaccinée, car « à risque ». Mais il y aurait aussi des périls démocratiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

40 Commentaires

  • Posté par Vittorio Griffo, dimanche 21 février 2021, 11:32

    La solution est simple, il suffit de lever le secret medical avec l'accord des patients concernés, moi je n'aurais aucune difficulté si cela contribue à me sauver la vie!

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 20 février 2021, 11:28

    Il faudrait tout de même que certains habitués aux "répliques" s'efforcent quand même de lire l'article/ le sujet jusqu'au BOUT avant de répondre "à côté de la plaque" (comme ci-après). En fait, l'article de William Bourton met en OPPOSITION DEUX THESES ! Bonne re lecture messieurs les potaches ...

  • Posté par André MASSIN, vendredi 19 février 2021, 19:32

    C'est juste scandaleux. Le simple fait d'évoquer la question est déjà une violation sinon de la loi, du moins de son esprit. Lorsque l'on sait que nous devons passer par notre médecin pour recevoir les résultats d'une banale prise de sang, qu'il décidera souverainement de nous communiquer ou non et là, les "autorités" pourraient avoir accès à nos pathologies sans notre consentement mais "pour notre bien". Bienvenue en 1984 sous l'aire de Georges Orwell ! Il aura fallu 37 ans de plus pour y arriver mais ce coup-ci, on y est.

  • Posté par Albin S. Carré, vendredi 19 février 2021, 16:52

    Toutes ces dérives "pour notre bien" sont particulièrement délétères et promettent un avenir bien sombre. Il est moins une, le temps de la prise de conscience et du refus catégorique de ces dérives à la "1984" ou au "Meilleur des mondes" est presque révolu. Et la jeunesse, est-elle totalement anesthésiée par les égouts "sociaux" et l'écologie pour certains au point d'accepter toutes les dérives autoritaires et de surveillance? Triste avenir...

  • Posté par Bruneau Christiane, vendredi 19 février 2021, 14:48

    C'est pourtant simple: si mon médecin ou ma mutuelle dévoile à une de ces bases de données non contrôlées de MM.Roben et Cie, je dépose plainte pour divulgation du secret médical. Les personnes qui jugent que ce n'est pas si grave, n'ont qu'a consulter le verso d'une demande de permis de conduire . Ils sauront alors pourquoi on leur a refusé le permis.

Plus de commentaires

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs