La Commission européenne demande la fin de l’interdiction des voyages non essentiels dès mars

Le commissaire européen Didier Reynders demande à la Belgique de ne prolonger l’interdiction des voyages non essentiels.
Le commissaire européen Didier Reynders demande à la Belgique de ne prolonger l’interdiction des voyages non essentiels. - Photo News.

La Commission européenne demande à la Belgique de remplacer l’interdiction belge des voyages non essentiels mise en place fin janvier par des mesures plus ciblées.

« Nous demandons à la Belgique de ne pas prolonger » cette interdiction, « que ce qui a été annoncé jusqu’au 1er avril prenne fin à la fin de ce mois-ci », a expliqué Didier Reynders, commissaire européen à la Justice à quelques journalistes belges. A la place, le gouvernement pourrait plutôt décourager les voyages via l’introduction de tests ou de quarantaines. « Alexander De Croo, le Premier ministre, explique que le gouvernement a essayé de déconseiller fortement les voyages à la fin de l’année dernière, mais manifestement les Belges sont quand même partis, donc il nous a dit qu’il avait fallu prendre des mesures plus fortes. La mesure était cependant limitée aux vacances de carnaval », explique-t-il, notant que le gouvernement avait tout de même exprimé entretemps son intention de prolonger la mesure jusqu’au 1er avril.

Contrairement aux recommandations européennes, adoptées aussi par la Belgique, « on interdit même d’aller dans les zones vertes. On ne tient pas compte des différenciations entre les zones et surtout on part sur une interdiction alors que nos recommandations disent que même pour les zones rouges foncées, il faut déconseiller les voyages et surtout ne pas interdire aux citoyens d’entrer dans le pays. La liberté de circulation est quand même une liberté fondamentale », dit Didier Reynders. Il espère que le prochain Comité de concertation, avant fin février, change de fusil d’épaule.

La seconde inquiétude, selon le commissaire, concerne aussi le contrôle parlementaire et judiciaire. « On l’a vu aux Pays-Bas avec la décision de la justice sur le couvre-feu », note-t-il, alors que la justice néerlandaise a recalé la mesure. « La question, c’est comment mène-t-on un débat parlementaire ? Quand il s’agit d’interdire la libre circulation, c’est quand même une mesure qui mériterait au moins d’être débattue, là aussi c’est une préoccupation », explique-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous