Accueil Société Enseignement

Universités: la FEF lance un plan de lutte contre la précarité étudiante

« Le Soir » a pu se procurer les résultats de la consultation menée par la FEF auprès de 5.400 étudiants. Pour 93 % des sondés, un plan de lutte contre la précarité s’avère nécessaire. La réduction du minerval et la gratuité des supports des cours figurent parmi les priorités.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Il est grand temps de passer à l’action ! » Après deux ans de mobilisations, la Fédération des étudiants francophones lance un plan de lutte contre la précarité étudiante. Si le mouvement étudiant a su imposer la problématique à l’agenda politique, ses membres estiment qu’il est urgent que des mesures concrètes soient adoptées.

D’après une étude menée par le Sonecom et le BDO en 2019 à la demande du ministre Jean-Claude Marcourt, la précarité objective concerne plus d’un étudiant sur trois. La crise sanitaire n’aurait rien arrangé. Un sondage réalisé en novembre dernier par la FEF auprès de 7.700 étudiants indique que 32 % des répondants rencontrent des difficultés supplémentaires à financer leurs études.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Kador Croes, vendredi 19 février 2021, 15:58

    Minerval gratuit pour les études qui forment aux métiers en pénurie.

  • Posté par Wafellman Fabienne, vendredi 19 février 2021, 11:06

    A voir ces commentaires, on réalise que les lecteurs du Soir ont dépassé la limite d'âge (j'en suis). Les étudiants ont besoin d'un PC et, en ces périodes de confinement d'un smartphone pour avoir encore quelque chose ! Cependant, je suis également interpellée par le nombre d'étudiants en demande d'aide de l'état et des collectivités. Où sont les parents de ces jeunes ? Bien entendu tous n'ont pas les moyens, de là à ne même pas leur fournir de l'alimentation ! mais il est dans l'air du temps de faire peser ses charges sur la collectivité. Si je n'ai eu qu'un enfant, c'est parce que je savais ne pouvoir en assumer qu'un financièrement, mon rôle étant de lui permettre de faire des études.

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 19 février 2021, 13:25

    Bravo, Fabienne, vous êtes une personne qui assume ses devoirs et ses responsabilités. Mais cela devient rare, car il est évidemment plus facile de se plaindre en critiquant la Belgique entière et en revendiquant tous les "droits" possibles et imaginables, à faire payer par les autres bien entendu.

  • Posté par Bresart Jeanpol , vendredi 19 février 2021, 11:00

    Vous voulez : un minerval gratuit, un kot à bon marché, des transports à prix réduits, des aides sociales ? Oui, oui, encore. Un sondage pour rire. Un abonnement Proximus , un smart phone, un iPad ? Oui, oui. Un job et une pension garantie ? Oui, oui.

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 19 février 2021, 8:52

    Quant à la FEF, c'est vraiment le syndicat des fouteurs de rien: les vrais étudiants n'en font pas partie et s'occupent d'étudier.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs