Italie: après les sénateurs, Draghi obtient la confiance des députés

Italie: après les sénateurs, Draghi obtient la confiance des députés
EPA

Le nouveau chef du gouvernement italien Mario Draghi a obtenu jeudi un écrasant soutien des députés, comme la veille des sénateurs, disposant ainsi d’un large consensus pour « reconstruire » son pays frappé par la crise sanitaire et économique.

Dans la soirée, 535 membres de la chambre basse ont voté la confiance à l’ancien patron de la Banque centrale européenne (BCE) et à son équipe, 56 seulement s’étant prononcés contre et cinq s’étant abstenus.

C’était l’ultime étape pour conférer une pleine légitimité à son gouvernement « sans adjectif : ni technique, ni politique », comme le définit le quotidien La Stampa.

Mercredi au Sénat, M. Draghi, qui dirige une coalition hétéroclite allant de la gauche à l’extrême droite, avait eu 262 voix en sa faveur, 40 contre et deux abstentions.

« Il n’y a jamais eu dans ma longue vie professionnelle un moment d’une telle émotion et autant de responsabilité », a assuré cet économiste de 73 ans devant la Chambre des députés peu avant le vote jeudi.

Perçu comme l’homme providentiel qui relancera le moteur économique de la troisième économie de la zone euro, M. Draghi avait appelé au Sénat à « reconstruire » l’Italie, mise à genoux par le coronavirus, promettant de « combattre la pandémie par tous les moyens ».

« Comme les gouvernements de l’immédiat après-guerre, nous avons la responsabilité de lancer une Nouvelle Reconstruction », avait-il affirmé. « C’est cela notre mission en tant qu’Italiens : laisser un pays meilleur et plus juste à nos enfants et à nos petits-enfants ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous