Neckermann demande à être protégé contre ses créanciers (2)

"Le mandataire de justice pourra entamer les négociations avec différents intervenants intéressés par la reprise des agences et du personnel", assure Neckermann. "Les clients n'ont pas de souci à se faire. Comme la faillite a pu être évitée, les voyageurs belges peuvent encore réserver/modifier leurs réservations ou échanger leur voucher."

Une société de capital investissement s'est montrée intéressée par une éventuelle reprise, indique le voyagiste. C'est pour se protéger pendant la période de négociation que la direction a opté pour une procédure de transfert sous autorité judiciaire. Un entretien serait prévu avec la société de private equity.

Neckermann recherche un repreneur qui pourra racheter le voyagiste, les agences et les employés. Le nouveau propriétaire deviendrait "l'actionnaire de référence".

"Une chose est sûre, c'est que le fonds intéressé veut garder la marque, le nom de Neckermann. Avec combien de membres du personnel et combien de magasins, ce n'est pas encore clair. Le fonds est situé au Benelux et n'est pas encore actif dans le secteur des voyages. Il est constitué de particuliers et d'entreprises qui croient en la marque", a confié la syndicaliste Els De Coster (CGSLB) à l'agence Belga. A l'heure actuelle, Neckermann emploie 152 collaborateurs et dispose de 50 magasins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous