Accueil Société

Manifestation contre la justice de classe à Bruxelles: un syndicat de police dénonce des violences policières

La CGSP Police constate que des procédures n’ont pas été respectées lors des arrestations administratives.

Temps de lecture: 2 min

Un syndicat policier dénonce des violences commises par des policiers lors de la manifestation organisée à Bruxelles dimanche 24 janvier dernier pour dire « Stop à la justice de classe », annonce La Capitale. La CGSP Police a envoyé un courrier au bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, en sa qualité de président du Comité de Concertation de Base (CCB).

« Notre organisation syndicale a été contactée par des collègues qui ont été témoins de violences policières gratuites au CARPA (les casernes d’Etterbeek, NdlR) lors des arrestations administratives de manifestants souvent très jeunes », y écrit le président bruxellois de la CGSP Police, selon nos confrères. « Ces membres du personnel ne veulent pas être associés à ce genre de comportement et un rapport à destination de l’autorité a d’ailleurs été rédigé et transmis au chef de corps. »

« Les procédures lors des arrestations administratives n’ont pas été respectées par le personnel de INT (Intervention, NdlR). En effet, chaque détenu aurait dû avoir une fiche attachée au poignet par un colson indiquant le lieu de l’arrestation. Cela aurait permis au personnel de SPT une bonne prise en charge ! Les normes Covid n’ont pas été prises en compte, les manifestants ont été entassés dans les cellules sans précautions. Il y avait un manque de personnel féminin pour procéder aux fouilles des détenues (seulement deux policières pour une soixantaine de détenues). Des mineurs ont été frappés brutalement dans les cellules sans réaction de la part des chefs présents. Des mineurs n’ont pas été remis immédiatement à leurs parents. Ceux-ci ont dû parfois attendre plus d’une heure ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Pire Bernard, lundi 22 février 2021, 10:27

    Il est vrai que la police n'a pas besoin de ça pour le moment... Utilisée comme instrument de répression pour des peccadilles covid alors que les truands - institutionnels comme de droit commun - courrent toujours, son image s'est dégradée au fil de cette crise. Par malchance, vient se greffer sur celà des faits de viol présumé, de violences, d'arrestations abusives. C'est oublier que l'immense majorité des policiers fait un travail remarquable tous les jours et que, bien souvent, ils appliquent des règles avec lesquelles ils ne sont pas nécessairement d'accord. Ont-ils vraiment le choix ? Oui, dans une certaine mesure. Mais on sait par les expériences de Milgram de quoi est fait l'homme...

  • Posté par Goovaerts Marie , samedi 20 février 2021, 20:22

    Chalet Alain = Gestapiste

  • Posté par Zsábor Émile, samedi 20 février 2021, 15:56

    Police = Politique ! "Quand tous les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoûtants." (Voir aussi l'Agence de Protection des Données.) Quand on donne à la police des armes et des pouvoirs de type militaire, et qu'on parle de donner à l'armée des pouvoirs de police, on entre droit dans la dictature. Ajoutez le muselage du Parlement, et la promotion des délations, et les tortures sur des militants arrêtés sans raison...

  • Posté par Zsábor Émile, samedi 20 février 2021, 15:58

    ...et l'interdiction de manifestations hostiles au gouvernement, dont ils tirent "justification" pour opprimer sans discernement.

  • Posté par Weytsman Armand, samedi 20 février 2021, 14:49

    J'ai peur et je n'ai plus aucune confiance aux forces de "l'ordre". Triste constatation à bientôt 68 ans...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko