Accueil Économie Mobilité

Mobilité: un salarié sur trois a recours au vélo pour se déplacer au travail

Un tiers des travailleurs déclarent utiliser leur vélo pour faire leur trajet domicile-lieu de travail. Une évolution partiellement due à la crise sanitaire, mais que les pouvoirs publics comptent encourager sur le long terme.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

La crise sanitaire a, semble-t-il, poussé certains Belges à changer de voie, préférant la bande de circulation des cyclistes à celle des automobilistes. Selon le dernier baromètre de la mobilité du cabinet de RH Acerta, ils sont un tiers aujourd’hui à effectuer certains de leurs trajets domicile-lieu de travail à vélo, et près de 15 % à déclarer n’utiliser que ce mode de transport lorsqu’ils doivent se rendre au boulot. Avec une utilisation en hausse de 9,1 % par rapport à 2019, le vélo est le moyen de transport qui a enregistré la plus forte progression en 2020.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par lamand olivier, mardi 23 février 2021, 1:39

    Je n en connais pas un seul mais bravo à ceux qui peuvent le faire

  • Posté par Verkaeren Paul, lundi 22 février 2021, 16:30

    Première phrase de l'article: le sujet est au singulier, le verbe et les compléments doivent donc s'accorder avec lui. Où les journalistes du Soir sont-ils allé à l'école ? qui fait la relecture des articles avant publication ? Si le Soir accepte les fautes de grammaire dans ses articles, il participe activement à l'abêtissement de ses lecteurs.

  • Posté par Cordier Daniel, lundi 22 février 2021, 14:00

    Qui sont ces 30% ? Aucun mot sur ces personnes. Non que je remette en doute leur existence mais je doute que cela soit des gens vivant à des distances importantes de leur lieu de travail. Si ce sont des citadins qui utilisaient la voiture pour se rendre à leur travail distant de quelques kilomètres de leur habitation, j'applaudis à deux mains. Je doute que cela concerne pour Bruxelles, les navetteurs vivant en provinces wallonnes ou flamandes. Ces personnes habitent loin de leur lieu de travail soit par choix, soit par nécessité car leur conjoint a un travail dans cette région et qu'un choix a dû être opéré quant au lieu de résidence ou parce que le loyer ou l'achat de l'habitation y était plus abordable qu'à Bruxelles.

  • Posté par Albin S. Carré, lundi 22 février 2021, 12:52

    Ce qui apparait clairement à la lecture de cet article, c'est le poids croissant de la propagande intensive d'un lobby protéiforme expert comme il se doit en prestidigitation des chiffres.

  • Posté par deghelt Rudi, lundi 22 février 2021, 11:29

    Trois réactions face à cet article : - La minorité fait du bruit et le reste on n'en parle pas. - "pouvoirs publics comptent encourager sur le long terme." Attention aux taxes et autres arnaques du même genre. - Les médias aiment parler de n'importe quoi.

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Les gares ont retrouvé le goût du commerce

Les espaces commerciaux situés dans les gares ont plutôt bien résisté à la crise : seulement cinq faillites pour 416 commerces potentiels. Le plan d’aide a porté ses fruits. Mais la crise est aussi l’occasion de réorganiser certains choix.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs