Le prix médian des appartements en Brabant wallon est le plus cher de Belgique (carte interactive)

Dans cet article
Le prix médian des appartements en Brabant wallon est le plus cher de Belgique (carte interactive)
D. R.

L’an dernier, le Brabant wallon a connu une baisse de l’activité immobilière de 8,4 % alors que cette activité a légèrement augmenté ou est restée stable dans les autres provinces wallonnes, a indiqué lundi la compagnie des notaires de la province du Brabant wallon lors de la présentation de son analyse du marché immobilier en 2020. Par contre, en ce qui concerne les prix médians calculés par les notaires, celui des maisons dépasse les records des années précédentes et s’établit à 330.000 euros, en hausse de 6,5 % par rapport à 2019. Le prix médian des appartements, lui, s’établit à 253.300 euros, en hausse de 10,1 % en un an. C’est désormais le prix médian d’appartement le plus élevé en Belgique.

En 2020, pour la première fois, un appartement en Brabant wallon atteint le prix médian de 250.000 euros, contre 217.000 euros au niveau national et 175.000 euros pour la Wallonie. Les notaires brabançons wallons relèvent que pour les appartements, sur les cinq dernières années, la plus-value est de 20,6 % : elle est plus importante que pour les maisons où la hausse enregistrée en cinq ans est de 18,6 %. La part de marché pour les appartements en Brabant wallon est de 19 %. C’est le ratio le plus important en Wallonie. Les appartements les plus chers, entre 300.000 et 340.000 euros de prix médian, sont situés au nord et au centre de la province, dans les communes de Braine-l’Alleud, Waterloo, La Hulpe et Rixensart. A Ottignies Louvain-la-Neuve et Mont-Saint-Guibert, le prix médian se situe autour de 275.000 euros.

Le prix médian des maisons également en hausse

En ce qui concerne les maisons, le prix médian de 330.000 euros enregistré en 2020 en Brabant wallon (contre 250.000 euros au niveau national) n’a jamais été aussi haut, et atteint le prix du Brabant flamand tout en restant inférieur à celui de Bruxelles (440.000 euros). Ce prix médian en Brabant wallon varie en réalité fortement d’une commune à l’autre, allant de 230.000 euros pour une maison à Hélécine, à 587.500 euros pour une maison à Lasne. Mais dans pratiquement toutes les communes du Brabant wallon, de nouveaux seuils ont été atteints l’an dernier. Lasne se hisse dans le « top 5 » des communes les plus chères de Belgique pour les maisons. Et au niveau wallon, toutes les communes du « top 10 » sont des communes du Brabant wallon.

Selon les notaires brabançons wallons, le fait que le prix médian des appartements soit le plus cher de Belgique et que celui des maisons dépasse de 32 % le prix médian au niveau national est dû à plusieurs facteurs et notamment l’attractivité du Brabant wallon, qui fait que la demande reste importante alors que l’offre est relativement faible. En ce qui concerne les appartements, une partie des acquéreurs envisagent aussi l’achat immobilier comme un investissement de rapport. L’engouement restant soutenu avec une inflation peu importante et des taux hypothécaires bas, il n’est pas exclu que les prix continuent à augmenter en 2021.

Immobilier: le prix des appartements et des maisons dans le Brabant wallon (carte interactive)

Immobilier: le prix des appartements et des maisons dans le Brabant wallon (carte interactive)
René Breny

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le plus grand centre de vaccination du pays, au Heysel, est déserté.

    Une semaine décisive pour changer le cap de la campagne de vaccination

  2. L’école tente de fonctionner avec des classes plus petites autorisant un encadrement différencié.

    Immersion à l’école de la bienveillance

  3. d-20200812-GHDVHF 2020-08-17 14_14_14

    En 2020, l’Espagne est le pays d’Europe où le covid a frappé le plus fort (infographies)

La chronique
  • Chronique «Détours wallons»: Leçons d’histoire économique

    En ces temps de simili-confinement, peut-on se permettre de suggérer un peu de saine lecture aux responsables wallons qui planchent ces semaines-ci sur l’avenir de leur Région ? Ils et elles ont du pain sur la planche, c’est vrai, entre l’aboutissement espéré du plan de relance financé par l’Europe, la transition climatique et le dispositif « maison » baptisé « Get up Wallonia ! » qui finira bien par sortir des limbes, le printemps aidant.

    Rien que pour ce dernier défi, ministres, députés, experts et membres de cabinets doivent déjà digérer un bon millier de pages entre l’analyse de la situation et l’étude comparative d’autres territoires européens menées par le consultant, les résultats de la consultation citoyenne ou encore les différents rapports des groupes de travail. On frôle l’indigestion.

    Mais sur la pile de documents en équilibre instable sur un coin de votre bureau, prenez, messieurs dames, la peine d’ajouter ceci : le fascicule 75 ans d’histoire économique de la Wallonie que publie ce jour même...

    Lire la suite

  • On n’attend pas du politique de dire que l’eau mouille, mais qu’elle coule

    Il est impératif de faire avancer la vaccination, il reste trop de couacs. Je suis politique mais je suis aussi citoyen. Ce n’est pas parce qu’on est dans le gouvernement qu’on ne peut pas dire que l’eau, ça mouille », déclarait ce dimanche à RTL le président du MR Georges-Louis Bouchez. Plus tard, en réponse à l’experte Erika Vlieghe qui avait dit qu’elle allait imprimer sur son T-shirt « Arrêtez de pleurnicher » (sic), il ironisait par tweet : « Demain, j’imprime un pull “Ensemble accélérons la vaccination...

    Lire la suite