Coronavirus: les propriétaires d’une seconde résidence à l’étranger se tournent vers le Conseil d’État

Coronavirus: les propriétaires d’une seconde résidence à l’étranger se tournent vers le Conseil d’État
Juan JimÃnez FernÃndez.

L’association Tweres, qui représente des propriétaires d’une seconde résidence, a introduit une requête auprès du Conseil d’État pour suspendre l’interdiction de voyager en vigueur en Belgique jusqu’au 1er avril, indique-t-elle lundi. Tous veulent « démontrer un besoin extrêmement urgent » de se rendre dans leur seconde résidence à l’étranger.

Les avocats des propriétaires d’une seconde résidence invoqueront devant le Conseil d’État « la violation du droit fondamental de libre circulation au sein de l’Union européenne ». Ils dénoncent par ailleurs « l’absence de base juridique, l’inégalité de traitement, la violation des droits de propriété et le caractère disproportionné de la mesure ».

« Cela n’a rien à voir avec les voyages touristiques », justifie la présidente de Tweres, Marie Anne Coninsx. « Se rendre dans une seconde résidence ne pèse pas sur le budget de contact, bien au contraire. Ce sont des bulles familiales qui passent d’un foyer à l’autre. La résidence secondaire est très souvent située dans des endroits beaucoup moins peuplés et qui provoquent moins de contacts que dans son propre pays. »

Les propriétaires espèrent que le Comité consultatif réexaminera l’interdiction de voyager vendredi. « Tant que cela n’est pas absolument certain, nous continuerons et nous espérons que la procédure fera évoluer l’équilibre politique dans la bonne direction », conclut l’association.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous