Apple repasse numéro 1 mondial des ventes de smartphones au 4e trimestre (étude)

Pour la première fois depuis fin 2016, Apple a devancé Samsung sur les ventes trimestrielles de téléphones portables, même si les ventes globales ont nettement décéléré à cause de la pandémie.

Les ventes mondiales ont décliné de 5,4% au 4e trimestre et de 12,5% sur l'année, à cause des réductions de dépenses de consommation notamment.

Mais, selon l'étude du cabinet Gartner, "le lancement des iPhones 5G de la série 12 a aidé Apple à engranger une croissance à deux chiffres au 4e trimestre 2020".

Le géant américain de l'électronique et des technologies a vendu 80 millions de smartphones au dernier trimestre, contre 70 millions un an avant. Sa part de marché mondiale est passée de 17,1% à 20,8%.

Le groupe de Tim Cook est suivi par le sud-coréen Samsung avec 62 millions d'appareils vendus et les trois fabricants chinois Xiaomi (43,4 millions, mais désormais la cible de sanctions américaines, NDLR), OPPO (34,3 millions) et Huawei (34,3 millions également).

Sur les ventes annuelles, Samsung reste le leader mondial, même si ses ventes ont reculé de 14,6% à 253 millions d'appareils.

Apple se place au second rang mondial (200 millions) devançant Huawei dont les ventes, en repli de 24,1%, ont souffert des sanctions américaines, souligne Gartner.

"L'impact de l'interdiction d'utilisation des applications de Google sur les smartphones Huawei a été préjudiciable à la performance de Huawei et a négativement impacté ses ventes", indique l'étude.

La part de marché du chinois dans son propre pays pour les smartphones s'est d'ailleurs effondrée (-44%) au dernier trimestre 2020 sous l'effet de ces sanctions américaines, selon des chiffres publiés fin janvier par le bureau d'études Canalys. Au quatrième trimestre, le géant y a vendu 18,8 millions de téléphones (-44% sur un an). Et sa part de marché dans le pays s'est réduite à 22%, contre 38% un an plus tôt.

Depuis septembre, Huawei ne peut par exemple plus équiper ses appareils haut de gamme en nouvelles puces Kirin, que le groupe n'a pas les capacités de remplacer en interne. Et la firme n'a plus accès aux mises à jour d'Android, le système d'exploitation de l'américain Google, ultra dominant sur les téléphones.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous