Le prix des maisons et des appartements dans le Hainaut (carte interactive)

Dans cet article
Le prix des maisons et des appartements dans le Hainaut (carte interactive)
AFP.

Les notaires du Hainaut ont présenté, mardi, les statistiques du marché de l’immobilier dans la province, notamment pour les arrondissements de Mons, Soignies, La Louvière, Thuin et Charleroi. Le marché immobilier s’est, selon les notaires du Hainaut, globalement bien comporté en 2020, malgré deux mois d’arrêt et des visites de biens limitées par les mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire. Le nombre de transactions immobilières en 2020 est resté relativement stable en Hainaut en 2020 (-0,2%, pour -2,7% au niveau national). La tendance générale, qui semble, selon les notaires, devenir une norme, est la recherche d’un bien assorti d’un espace d’air, d’un jardin ou d’un balcon.

Le prix médian des maisons était, en 2020, de 250.000 euros en Belgique (+4,2%), de 181.000 euros en Wallonie (+5,4%) et de 150.000 euros en Hainaut (+3,4%).

Le marché des appartements a connu une augmentation de 8,5% (217.000 euros) au niveau national, de 6,1% en Wallonie (175.000 euros) et de 5,7% en Hainaut, qui est restée la province la moins chère, avec un prix médian de 142.750 euros.

Le marché des transactions de garages est resté stable à un prix médian de 25.000 euros en Belgique et 12.000 euros en Hainaut. Stabilité également en Hainaut pour les terrains à bâtir (75.000 euros) alors que la moyenne nationale a augmenté de 4,7%, à 125.000 euros.

Les notaires hainuyers ont par ailleurs pointé l’engouement croissant pour les ventes de biens en ligne via la plateforme «Biddit »: on y a, en effet, enregistré en 2020 444 publications (+33,7%), dont 331 maisons.

Au niveau des perspectives, les notaires entrevoient une poursuite du marché sur la bonne trajectoire actuelle, tout en portant un regard attentif sur l’impact qui pourraient avoir les conséquences de la crise sanitaire. «On peut penser que de nombreux biens, qui n’ont pas pu être mis en vente à cause de la limitation des visites, vont arriver sur le marché dans les prochains mois», souligne le notaire Sylvain Bavier. «Les premiers mois de 2021 semblent très positifs. Mais il convient d’être attentifs à certaines choses qui pourraient soutenir le marché ou le faire chuter, notamment le maintien des mesures d’aides gouvernementales et le report des crédits, le maintien des taux d’intérêt qui semblent rester bas pour le moment, ce qui suscite un engouement.»

Immobilier: le prix des appartements et des maisons dans le Hainaut (carte interactive)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le noyau dur du collectif Wallonie Horeca est bien déterminé à accueillir ses clients dès le 1er mai, malgré les mesures sanitaires décidées par le Comité de concernation.

    Mesures anti-covid: comment Liège est devenue le bastion des insurgés de l’horeca

  2. d-20201027-GJMJ6E 2021-03-28 19_46_34

    Maisons de repos: l’impact bénéfique de la vaccination enfin mesuré

  3. Ce qui attire de nombreux néerlandophones à Daverdisse, c’est le calme, la nature, les paysages...

    Quand l’Ardenne se met au flamand

La chronique
  • La chronique Carta Academica: Démocratie et covid: la (dés)union fait la force

    Lors de la première phase du confinement, la dimension collective et rassembleuse des propos de la Première Ministre Sophie Wilmès a été saluée, en contraste avec la rhétorique guerrière maniée par Emmanuel Macron. Depuis octobre 2020, le nouveau gouvernement De Croo a repris à son compte ce credo fédérateur. Sur les réseaux sociaux, sur les sites officiels, sur les ondes, à l’écran, la campagne 1 équipe pour 11.000.000 s’est déclinée dans toutes les langues nationales. Mais après 13 mois de gestion de la crise covid, la Belgique se fissure. Retour sur l’histoire de cette (dés)union.

    1 équipe pour 37 arrêtés ministériels

    Aux antipodes des discours officiels qui misent sur la collaboration entre l’État et les citoyen.ne.s, la gestion du covid s’accompagne d’une approche de plus en plus répressive. D’abord, les...

    Lire la suite

  • La guerre des chefs, ce luxe impayable

    Que reste-t-il, dix jours plus tard, du « sofagate » ? Cette guerre des chefs, exposée cruellement au grand jour, est désastreuse pour l’image de l’Union européenne, et pas qu’aux yeux d’Erdogan et des féministes. Au cours des dix derniers jours, elle a en effet donné le sentiment aux citoyens européens que les patrons de l’UE perdaient une partie de leur énergie et de leur temps à s’observer, à se disputer et à tracer les frontières entre leurs deux fonctions. Exagéré ? Il faudra le prouver car vu du canapé, désormais...

    Lire la suite