Pas de chute du marché immobilier 2020 en Wallonie picarde

L'association des notaires de Wallonie picarde a tenu mardi une conférence de presse relative au bilan 2020 du secteur immobilier en Hainaut occidental (Tournai-Ath-Mouscron).

Comme bon nombre de secteurs, le marché a été marqué par le Covid. En mars et mai, les visites immobilières avaient en effet été interdites et seuls des actes avaient pu être passés dans les études pour urgence sanitaire, financière ou judiciaire.

Ces visites ont ensuite de nouveau été interdites début novembre, puis à nouveau autorisées, sous conditions. L'acheteur potentiel était ainsi autorisé à visiter un bien pour autant qu'il y soit seul, sans présence des habitants, de l'agent immobilier, ni du notaire.

En Wapi, pour les appartements et terrains, on retrouve un statu quo en 2020. "C'est un marché qui est stable. Il est cependant variable d'une ville et d'un village à l'autre. Dans sa globalité, le Hainaut occidental est resté stable", analyse le notaire Philippe Dumont.

D'après lui, il n'y a pas eu d'augmentation du marché tandis que le nombre d'opérations est resté stable. "En ce qui concerne les prix, je dirais qu'il y a aussi une certaine stabilité, sauf pour les terrains agricoles pour lesquels il y a une forte augmentation des prix."

Selon le notaire, et bien que ce soit risqué, le début d'année 2021 est bon. Le nombre de transactions immobilières est important. "On a l'air de se diriger vers une année qui reste bonne. J'ai l'impression que le marché immobilier a bien résisté à la crise Covid, ce qui n'est pas le cas de tous les secteurs. J'ai le sentiment d'une explosion des transactions immobilières au niveau des compromis, ce qui ne veut pas dire que les actes suivront au niveau du financement. Si ça continue, on devrait progresser cette année, sous réserve des éventuelles faillites qui pourraient se présenter", conclut Me Dumont.

Il y a aussi de bonnes nouvelles en Wapi pour ceux qui ont investi dans l'immobilier, qui continue à monter. On constate ainsi une évolution des prix ces cinq dernières années, même en 2020. Le prix médian d'une maison est à 150.000 euros en Wallonie picarde.

"En moyenne, il y a une augmentation globale de 15% du prix ces cinq dernières années. Il y a cependant des différences entre les régions", interprète le notaire Vincent Collin. "Auparavant, pour une maison deux façades, on était dans les prix les plus élevés à Mouscron (150.000 euros). A présent, ceux sur Estaimpuis, Pecq et Tournai (180.000 à 190.000 euros) sont plus élevés. Pour Brunehaut, Rumes et Antoing, les prix varient de 140 à 170.000 euros."

Pour la vente des immeubles, il y a des problèmes liées aux infractions urbanistiques, constate encore le notaire. Ce sont des travaux réalisés préalablement à la vente, sans autorisation, notamment les vérandas. Enfin, les villas de 30 à 40 ans, qui varient de 400 à 500.000 euros, sont à présent plus difficiles à vendre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous