Accueil Opinions

Jambon, Ledoux: la référence au nazisme, valeur refuge de l’excédé

Qu’il s’agisse d’évoquer la planque des terroristes au sein de leur communauté ou de stigmatiser le despotisme supposé d’une ministre, et fleurissent les images remontant à la Deuxième guerre. Mais gare à la banalisation…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 3 min

Les événements qui ont dévasté l’Europe entre 1940 et 1945 appartiendront-ils un jour à l’Histoire ? Plus de 70 ans après la fin des hostilités, ils demeurent en tout cas un horizon indépassable dans l’inhumanité et l’abjection, et les évoquer de façon métaphorique, ou convoquer hors propos Hitler et ses tueurs, c’est s’exposer à l’ire des gardiens de la mémoire. Jan Jambon vient de recevoir une petite piqûre de rappel à ce propos.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Eric Lavenne, vendredi 15 avril 2016, 18:36

    Traiter quelqu'un de "Nazi" signifie que l'on est à court d'arguments, que l'on perd pied, que l'on craint la réplique de l'autre surtout si cette dernière devait avoir un sens quelconque, que l'on sombre, même la presse s'y applique maintenant. Le seul et unique danger constitue un retour majeur en force de ceux dont vous usitez le nom à titre d'insulte. Bref, c'est un peu comme si leur ("les vrais Nazis") faisiez de la "réclame"

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs