Accueil Économie Consommation

Sortie du nucléaire: bien que critiqué, le mécanisme de subsides continue d’avancer

La nouvelle mouture du mécanisme de rémunération de capacité doit franchir un nouvel obstacle au Parlement. La question du financement et celle de la prolongation du nucléaire restent en suspens.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

La commission Climat de la Chambre a débattu en urgence ce mardi du projet de loi sur le mécanisme de rémunération de capacité, tel que remanié par la ministre fédérale de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen). Un premier texte avait déjà été voté par le Parlement en avril 2019 – sous la précédente législature – visant à instituer ce système d’enchères qui permettra de mettre en place les moyens de production électriques alternatifs (centrales au gaz, batteries, renouvelable, interconnexions, gestion de la demande…) pour compenser l’arrêt des centrales nucléaires tout en garantissant la sécurité d’approvisionnement du pays. Des modifications devaient toutefois y être apportées, notamment pour le mettre en conformité avec le nouveau règlement européen sur le marché de l’électricité de juin 2019, mais aussi avec la résolution du Parlement fédéral qui enjoignait au futur gouvernement De Croo d’en limiter le coût et surtout de ne pas en faire peser le poids sur les épaules des consommateurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Roussel Olivier, mardi 23 février 2021, 18:45

    Bon,alors, je ne peux pas estimer la qualité de cet article du point de vue économique, mais du point de vue science, cela mérite une petite relecture : "moyens de productions électriques... batteries", une batterie accumulé l'électricité fourni par un autre moyen de production, une pile par contre fourni de l'électricité a partir de composé chimique. Ensuite "geler le gaz dans les conduites", quand on sait que le gaz naturel passe en phase solide a -182°C, même avec la pression dans un gazoduc, cela m'étonnerait bien que le gaz se solidifie! Le butane peut passé en phase liquide au environs de 0°C, mais sa phase solide est a -138°C... Et je ne connais pas de centrale électrique au butane. Par contre que les compresseurs et les vannes des gazoduc (et surtout l'huile de ces appareils) gèle, cela ne m'étonnerait pas outre mesure. Bien à vous.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs