Une nouvelle usine d'acier décarboné en projet en Suède

Présentée comme "une gigantesque usine d'hydrogène vert qui fera partie intégrante de l'installation de production d'acier", sa mise en service est prévue pour 2024.

H2GS, qui prévoit de créer à terme 1.500 emplois pour son futur site, table sur une production annuelle de cinq millions de tonnes d'acier d'ici 2030.

L'hydrogène sera produit par une installation d'électrolyse "de grande taille", qui permet de séparer l'hydrogène et l'oxygène en faisant circuler le courant dans l'eau, a précisé l'entreprise à l'AFP.

Parmi les partenaires du projet se trouve notamment la société d'investissement Vargas Holding, co-fondatrice de Northvolt, un fabricant suédois des piles qui construit actuellement une immense usine de batteries dans le nord de la Suède, ainsi que le fondateur de Spotify, Daniel Ek.

"Nous voulons accélérer la transformation de l'industrie sidérurgique européenne", a déclaré Carl-Erik Lagercrantz, président des conseils d'administration de H2GS et de Northvolt.

Après l'avènement des voitures électriques, "la prochaine étape est de construire des véhicules à partir d'acier de haute qualité sans énergie fossile".

Le financement de la première phase du projet est estimé à 2,5 milliards d'euros, des fonds qui seraient levés grâce à "un mélange de capitaux propres et de financement de projets verts".

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le secteur du fer et de l'acier est le premier en termes d'émissions de CO2 parmi les industries lourdes.

Le secteur représente directement 2,6 gigatonnes d'émissions de dioxyde de carbone par an, soit 7% du total mondial provenant du système énergétique - et plus que les émissions de tout le fret routier, détaillait en octobre l'AIE dans un rapport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous