Accueil Société

Affaire Mawda: le principal prévenu dit craindre d’être sanctionné deux fois

Le fait que le dossier soit scindé en deux volets, entre Mons et Liège, pose aux yeux de la défense du principal prévenu des risques que son client soit jugé deux fois pour les mêmes faits. L’affaire est remise au 17 mars, date à laquelle le jugement de Mons sera définitif s’il n’y a pas appel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Condamné à Mons, le 12 février dernier, à quatre ans de prison pour entrave méchante à la circulation ayant entraîné la mort de la petite Mawda la nuit du 16 au 17 mai 2018 ainsi que pour rébellion armée (avec la camionnette), Jargew, 28 ans, craint d’être condamné deux fois pour les mêmes faits. C’est sur ce principe du « non bis ibidem » que son conseil, Me de Beco, a déposé au tribunal correctionnel de Liège une requête en réouverture des débats. Cette requête, a décidé le tribunal liégeois ce mercredi, sera examinée quand le délai d’appel, dans le dossier montois, sera expiré.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Pirotte Raymonde, mercredi 24 février 2021, 17:21

    Ce policier n'a pas tué un enfant volontairement ce sont ces "migrants" qui étaient en infraction... Vous oubliez que la police nous protège nous citoyens belges moyens un peu...bêta de votre point de vue... Remarquez que quelle que soit leur nationalité - et même dans les camps de "réfugiés " ils trouvent normal de faire des enfants...pour quel avenir????

  • Posté par Raurif Michel, mercredi 24 février 2021, 16:57

    2 fois ? Pas assez ! 30 ans de prison me semble une peine juste pour la mort d'une enfant !!!!

  • Posté par Roland Jean-Yves, mercredi 24 février 2021, 13:03

    2 fois me semble raisonnable pour un trafiquant de vies humaines.

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs