Accueil Ma Santé

L’endométriose, une maladie de l’ombre encore mal diagnostiquée

L’endométriose concerne une femme sur dix en Belgique. Parce qu’elle touche à l’intime, cette maladie gynécologique chronique fait encore l’objet de nombreux tabous qui compliquent le diagnostic.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Après des années d’errance médicale, le diagnostic posé il y a un an, sans gants ni surprise, a sonné comme une délivrance », se souvient Coline Desonay. Pendant onze longues années, la jeune femme, âgée de 26 ans, a souffert de douleurs insoutenables pendant ses menstruations mais aussi en dehors, lors de rapports sexuels notamment. Les douleurs sont telles que le simple fait de gravir les marches d’un escalier s’apparente à un calvaire. Après avoir écumé les salles d’examen et s’être entendu répéter qu’« elle n’avait aucun problème », le terme endométriose fini par être prononcé. Une maladie gynécologique chronique qui touche une femme sur dix en Belgique. « Cette maladie est provoquée par une migration, via les trompes, de cellules semblables à l’endomètre – la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus – à l’extérieur de la cavité utérine. Ces cellules s’accrochent aux organes génitaux mais aussi dans la cavité abdominale, recouverte du péritoine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Ma Santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs