Accueil Monde Europe

#MeToo provoque un séisme en Grèce

La libération de la parole a été provoquée par Sofia Bekatorou, double médaillée olympique de voile, qui a déclaré avoir subi, à 21 ans, des agressions sexuelles par un dirigeant de sa fédération. Depuis, les plaintes se multiplient et font trembler jusqu’aux sommets politiques.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis plusieurs jours, le gouvernement grec est sous pression. Et la ministre de la Culture Lina Mendoni, en particulier. Sur les réseaux sociaux, sous les fenêtres de son bureau, des citoyens exigent sa démission. La cause de ce mécontentement porte un premier nom : Dimitris Lignadis, directeur artistique du Théâtre national grec, jusqu’au 8 février.

Cet acteur, réalisateur et metteur en scène célèbre, est soupçonné de viols sur mineurs. Plusieurs témoignages en ce sens auraient été recueillis par l’Association des acteurs grecs (SEI) et deux victimes ont déjà porté plainte. Au moment des faits, tous les deux étaient mineurs. Désormais adultes, ils veulent dénoncer ces actes et témoignent dans la presse. Ce faisant, ils contribuent à faire souffler dans le pays un vent de libération de la parole, qui trouve sa source dans le #metoo parti des Etats-Unis, il y a trois ans, mais qui n’avait pas encore atteint les Balkans.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs