Le procureur du Roi de Bruxelles rend sa toge avant la fin de son mandat

Le procureur du Roi de Bruxelles rend sa toge avant la fin de son mandat
Mathieu GOLINVAUX.

L’annonce en a surpris plus d’un dans les milieux judiciaires tant elle était imprévisible. Ce mercredi, après sept ans passés à la tête du parquet de Bruxelles, Jean-Marc Meilleur a annoncé qu’il va quitter ses fonctions de procureur du Roi le 1er avril prochain, soit trois ans avant la fin de son mandat. « C’est un choix personnel et positif », dit-il. « J’ai pris énormément de plaisir et je ne suis pas dégoûté. Mais j’ai besoin de nouveaux défis. Je suis serein et fier du travail accompli. »

La plus grande satisfaction du futur ex-magistrat est assez récente. « C’est la mise en place au parquet d’un système d’aide psychosociale des magistrats », explique-t-il. « Ils rencontrent des situations délicates au quotidien, parfois même des menaces. Ils ont besoin de soutien et rien n’existait. C’est une vraie plus-value. »

Seconde « fierté » de Jean-Marc Meilleur ? Avoir réussi à résorber l’arriéré judiciaire de la justice bruxelloise. A mon arrivée à la tête du parquet, 2.000 dossiers étaient en souffrance », rappelle le procureur. « Aujourd’hui, il en reste moins de 500 et nous n’avons plus de stock. Ça implique des choix quant au traitement ou pas de certaines affaires mais il n’y a plus de retard. »

Une œuvre de street art

La dernière satisfaction du procureur en partance est plus anecdotique mais il y tient. « Je suis content d’avoir pu mettre une œuvre de street art dans les locaux du parquet », s’amuse-t-il. « J’estime qu’il faut que la justice soit ancrée dans la réalité de la ville dans laquelle elle est donnée. »

Sa nouvelle vie, Jean-Marc Meilleur va la passer dans la communication, un univers qu’il connaît bien puisqu’il a été durant dix ans, entre 2004 et 2014, porte-parole du parquet de la capitale avant d’en devenir le patron. Il va rejoindre l’agence de communication Gosselin & de Walque, créée il y a bientôt deux ans par Ermeline Gosselin et Guillaume de Walque, deux anciens communicants du PS. « J’ai toujours aimé la communication », explique le procureur. « Quand je travaillais chez Total, je m’occupais de la com. Actuellement, je suis encore membre du conseil de déontologie des journalistes. Cette nouvelle étape est le résultat d’une rencontre avec une connexion au moment opportun. »

Quel sera concrètement son nouveau job ? Les activités du cabinet Gosselin et De Walque se focalisent sur la stratégie et la communication. « Je vais être associé et je compte surtout m’occuper de communication de crise et de communication des entreprises. » Durant quelques mois et pendant l’organisation de la sélection de son remplaçant, Jean-Marc Meilleur sera remplacé par Tim De Wolf.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous