Accueil Belgique Politique

Annelies Verlinden au «Soir»: «Si un député s’oppose à un arrêté, il peut réclamer son annulation»

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, annonce que l’avant-projet de loi pandémie sera prêt la semaine prochaine. Quant aux critiques sur le recours aux arrêtés pour limiter droits et libertés, elle ne laisse pas passer.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Elle ne partage pas les critiques, mais elle entend, réagit, et se hâte : la loi pandémie est annoncée. On va plus vite que prévu. Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur, donne à voir le débat, vif, qui aura lieu. Et, par ailleurs, balise avec nous son action à l’Intérieur : militaires en rue, violences policières, caméras de surveillance…

Le débat monte, les critiques enflent à propos des contraintes et des restrictions aux droits et libertés, comme des sanctions en tout genre (amendes, citations en justice). Le gouvernement opère par arrêtés ministériels, est-ce bien normal ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Debersaques Bart, jeudi 25 février 2021, 18:22

    Es-ce que dans quelques années on va dire: "On a mi fin a la démocratie est personne ne s'est plaint." Autocrates et moutons les préparations sont ils déjà là? Bienvenue en Absurdistan! ... Ou bientôt comme en Chine, Russie, Hongrie, Pologne, … La politique, est-ce encore c'est un métier, exercé avec du vision et respect, ou est-ce que ce sont les sondages des réseaux sociaux que comptent.

  • Posté par D G, jeudi 25 février 2021, 12:17

    Elle n'a pas été élue mais choisie par la personne ayant formé le gouvernement et elle se permet de s'indigner quand on leur signale que ce n'est pas démocratique. Personne n'a contredit le conseil d'État mais les avocats et juges ayant signalé les abus montrent du doigt le détournement que vous faites d'une décision du même conseil d'État. Au lieu d'attendre que le parlement vote ce qu'ils mettent en oeuvre dans les arrêtés ministériels, ils attendent du parlement qu'il vote contre les arrêtés quand les parlementaires ne sont pas d'accord avec ces arrêtés. Elle crée un dangereux précédent avec son détournement de "elle n'a pas refusé". Si l'extrême-droite doit lui dire ce qui est démocratique ou non, elle devrait se positionner en-dehors de l'échiquier. "Pour une ministre de l’Intérieur [...], c’est une vraie petite performance de ne rien éluder de cette façon." Contrairement à ce que vous écrivez, elle ne fait qu'éluder. Si les ministres étaient élus, ils auraient un semblant de légitimité dans tout cela. Au sujet de la violence des policiers : elle est bien moins acceptable que celle à leur encontre. Ils devraient montrer l'exemple. Ils le feraient mieux si pour être policier il fallait un diplôme (minimum bachelier) dans des sciences sociales ou, mieux, en droit. Elle parle des manifestations interdites mais oublie de dire que si des gens veulent manifester, ce n'est pas sans raison. Dommage qu'avec une population aussi peu éduquée on ne puisse pas adopter le principe des votations.

  • Posté par Renard J, jeudi 25 février 2021, 10:59

    Cette dame n'a jamais été élue au Parlement !

  • Posté par paul martin, jeudi 25 février 2021, 10:20

    Façon bien peu subtile de botter en touche et remettre la responsabilité sur les parlementaires! Aucune argumentation sur le fond. Et pendant ce temps, comme mentionné par un autre lecteur plus haut, les cantines de nos chers dirigeants servent à plein régime et la soupe est bonne ...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 25 février 2021, 9:33

    Et les députés : « on nous reproche... etc.... mais les présidents de parti ne nous ont jamais dit de faire semblant de débattre. » Mais les indemnités parlementaires, elles, elles sont tombées. Mode auto-justification, ploutocratie immonde ON. Pendant ce temps, Mme Lalieux propose déjà ouvertement d’aller spolier les retraites complémentaires des « nantis » (= tout le monde sauf les politiques et les copains pistonnés de la nomenclature d’Etat junkie à l’impôt jamais sevré). Cette engeance dégoûtante n’a plus aucun repère moral.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs