La police remplacera l’armée en rue par étapes

La police remplacera l’armée en rue par étapes

Bientôt fini de voir des militaires surveillant gares, aéroports, ambassades et autres sites stratégiques. Ils vont retourner dans leurs casernes et être remplacés à ces endroits par des policiers.

Quand ? Dans l’entretien qu’elle nous accorde ce jeudi, la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), annonce que le gouvernement fédéral a établi un programme par étapes. Un « calendrier de retrait », en d’autres mots. « Cela a commencé par l’aéroport de Gosselies à la fin de l’année dernière puis, en février, par le quartier européen », détaille la ministre.

« Le 1er avril, ce sera le tour des aéroports, des gares et des métros. En juin, ce seront les ambassades, par étapes aussi. Finalement viendra le tour du quartier juif d’Anvers. Pour Anvers, ça s’est décidé après une concertation avec le bourgmestre. La police a les moyens d’opérer. »

Sur le terrain, la police aura-t-elle le même impact que l’armée, notamment en matière d’armement dissuasif ? Annelies Verlinden se veut rassurante. « Tout ça est bien étudié par nos services. Nous nous sommes assurés que nos policiers disposent de la formation et des moyens pour se défendre et pour sécuriser tous ces endroits. » Et de préciser que « tout sera évalué en permanence pour ne pas prendre le moindre risque. Même si on ne peut jamais garantir la sécurité à 100 %. »

► Mesures sanitaires, calendrier de retrait des militaires, violences policières, racisme, bodycams: retrouvez l’entretien d’Annelies Verlinden dans son entièreté sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous