Vaccination: la Bulgarie abandonne la stratégie des groupes prioritaires et propose le vaccin à tous

Vaccination: la Bulgarie abandonne la stratégie des groupes prioritaires et propose le vaccin à tous

A un mois des élections législatives, le gouvernement a soudainement changé de cap, faute d’avoir pu convaincre les personnes éligibles à recevoir une injection, qu’il s’agisse des professions médicales, enseignants ou travailleurs sociaux.

«Faites confiance à la science!», implorait le ministre de la Santé, Kostadin Angelov, désespéré de voir que seuls un tiers des inscrits s’étaient présentés à leur rendez-vous.

La Bulgarie, pays le plus pauvre de l’UE mais bénéficiaire de doses dans le cadre de la stratégie de précommandes menée par la Commission européenne, affiche ainsi le plus faible taux de vaccination des Vingt-Sept. A ce jour, à peine 150.000 Bulgares ont été vaccinés, soit 2,1% de la population.

Qu’à cela ne tienne, l’impulsif Premier ministre Boïko Borissov a ouvert grand les portes des centres, alors qu’enfin était venu le tour des plus de 65 ans et des malades chroniques.

Longues files

De longues files d’attente ont commencé à se former devant les hôpitaux de Sofia, mêlant jeunes et moins jeunes, personnes en pleine forme et d’autres plus vulnérables contraints de patienter des heures.

«Nos dirigeants sont formidables: ils ont débloqué le système en provoquant un monstrueux chaos!», ironisait ce week-end le journal Segan, dénonçant une cohue potentiellement dangereuse pour les catégories à risques.

Avant ce revirement de stratégie, environ la moitié de la population ne souhaitait pas se faire vacciner, selon deux sondages distincts publiés la semaine dernière, alors que les fausses informations foisonnent depuis l’émergence de la pandémie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous