Alain Mathot en pleurs après son acquittement dans le procès Intradel-Uvelia: «Après 13 ans de procédure...»

Alain Mathot en pleurs après son acquittement dans le procès Intradel-Uvelia: «Après 13 ans de procédure...»

Alain Mathot devait répondre de faits de corruption dont il était suspecté dans le cadre de la construction de l’incinérateur de déchets Uvelia à Herstal. Il répondait aussi de faits de faux, de blanchiment, d’abus de biens sociaux et d’infractions aux enchères publiques. Il était le dernier des différents protagonistes de ce dossier à être jugé par le tribunal.

Pas d’élément à charge

Douze prévenus avaient déjà comparu pour ces faits, avec à la clé onze condamnations confirmées en appel et des sanctions allant jusqu’à deux ans de prison avec sursis. Alain Mathot n’avait pas été renvoyé devant le tribunal correctionnel en même temps que les autres prévenus car son immunité parlementaire n’avait pas été levée. La procédure contre lui avait été suspendue jusqu’au jour où il avait quitté ses activités politiques.

Dans son jugement, longuement motivé sur les éléments techniques du dossier, le tribunal a relevé qu’il n’existait pas d’élément permettant de retenir qu’Alain Mathot aurait reçu des fonds de Philippe Leroy.

13 ans de procédure

L’homme a quitté la salle d’audience en larmes. «Après 13 ans de procédure, c’est important d’avoir enfin été écouté», a-t-il commenté lors d’une brève réaction.

Son avocat, Me Jean-Philippe Mayence, a évoqué une décision importante sur le plan de la démocratie. «Dans ce genre de dossier qui touche des politiciens, on abat les gens sur la place publique. Alain Mathot a subi 13 années de procédure. Mais pour tout ce qui concerne les accusations principales, le tribunal a relevé qu’il n’existe pas la preuve d’une seule rencontre entre Philippe Leroy et Alain Mathot. Pas la preuve du versement d’un seul euro. C’est un acquittement dans l’ensemble pour tous ces faits qui avaient été dénoncés contre lui. Le jugement ne laisse aucun doute sur l’acquittement intervenu. Le tribunal a fait preuve d’une écoute fantastique et d’un travail remarquable’», a commenté l’avocat.

Le parquet pourra faire appel de la décision. «Il me parait incroyable que le parquet puisse interjeter appel d’un jugement aussi bien motivé. Il faut laisser cet homme récupérer son honneur. Il a vécu longtemps avec des accusations de corruption, répercutées dans l’opinion publique. J’espère qu’on donnera autant d’importance à son acquittement et qu’on lui rendra cet honneur», a indiqué Me Mayence.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous